Girls in Hawaii - Track by Track

09/04/2008, par Luc Taramini | Track by track |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

GIRLS IN HAWAII

Ils sont six et ils appartiennent à la confrérie fermée des rockers belges qui font de la musique avec intelligence et style. Quatre ans qu'on attendait un successeur à "From Here to There" et le résultat dépasse toutes nos attentes. "Plan Your Escape" est un grand disque, envoûtant, sombre, désenchanté. On sent que les Girls in Hawaii ont tout mis dedans comme nous le confirme Lionel Vancauwenberge, l'un des deux chanteurs-compositeurs du groupe, qui a accepté de nous parler du making of des chansons et du choix in extremis de raccourcir le tracklisting. Un bel exercice introspectif qui ne rend que plus touchante l'écoute de cet album. Merci les filles !

Girls in Hawaii

This Farm Will End Up in Fire
C'est une chanson d'Antoine. Il s'est vraiment cassé la tête sur celle-là. Il me la faisait écouter et je lui disais: "Tords-la dans tous les sens, déstructure-la" et il s'y mettait... Finalement, il a trouvé la logique du morceau. J'adore la fin et j'aime beaucoup le titre aussi. On a choisi cette chanson comme single parce qu'elle n'est pas évidente, attendue; c'est pas vraiment un single. En fait, il n'y en a pas sur le disque et on ne voulait pas vraiment de ça. Ce titre, c'est un peu un avertissement. Il est très tendu.
Il a beaucoup d'impact en live.

Sun of the Sons
Cette chanson a été le déclencheur du processus de composition de ce deuxième disque... La mère d'un ami d'enfance venait de mourir et ça m'a fortement affecté, je voulais écrire pour lui, lui remonter le moral. Le groupe s'était réuni dans une maison à Rocherat en Belgique pour brasser des idées et attaquer quelques démos. Je maquettais dans un vieux grenier qui caillait bien, j'avais que le début de cette chanson et c'était la galère. Je n'arrivais pas à trouver pas la suite... Antoine (l'autre chanteur-compositeur) et Denis (le batteur) m'ont convaincu de la finir, donc je suis parti dans une autre maison avec Denis, une semaine plus tard... Là, on a bossé toute une journée et le résultat était pourri, pas naturel. Le soir même, je me souviens avoir dit à Denis : "C'est fini, j'arrête, on rentre demain. Il n'y aura pas de disque, j'y arrive pas". Il n'a rien dit, on a bu des coups et le lendemain, tout est arrivé en un coup et à partir de là, tout le disque s'est conçu assez naturellement. C'est une chanson importante pour nous, c'est aussi une des premières que l'on ait composées à trois avec Antoine. J'aime bien les cloches dans l'interlude.

Bored
Ça parle des moments où l'on attend une idée, assis sur un canapé et l'angoisse que ça génère.... J'y décris la sensation d'étouffement que l'on peut ressentir en ville (ici Bruxelles), la chaleur, l'odeur de pisse quand il fait chaud, la colère sourde. Quand j'ai passé les voix de "Bored", j'étais chez moi, très malade, je venais de vomir... La fin du morceau a été composée en pleine nuit avec Antoine et Denis, on l'a faite très vite. C'était un beau moment.

05.20.22
Instrumental issu d'une petite jam dans notre local à Bruxelles à 6... Il illustre bien l'ambiance humide et glaciale de cet endroit (la pluie, le chien...). C'est la seule chose (avec la fin de "Bored") que l'on a enregistrée dans notre local. On l'aime pour ça, on se souvient de tous les moments galère que l'on y a passés. "5.20.22" c'est les numéros des plombs que l'on devait pousser pour allumer notre local.

Shades of Time
C'est ma préférée... J'aime m'y plonger. J'ai eu beaucoup de mal à chanter dessus, c'était trop haut pour moi donc j'ai dû chanter très bas en volume pour atteindre les notes les plus hautes. Je voulais trouver quelque chose de particulier sur la fin, j'ai donc essayé des flûtes dans un magasin et je suis tombé sur un duduk, une flûte arménienne. Ça a un son super suave, très grave. Il faut souffler comme un buffle pour sortir un son de ce truc, c'était tuant. Mais le son est à couper le souffle.
Finalement, j'en jouais tellement mal que je l'ai doublé avec une bête flûte à bec. C'est ce qui donne ce côté "irlandais". On veut tout jouer nous-mêmes sur nos disques, c'est pour ça que c'est très fragile.

Fields of Gold
J'avais un truc voix / guitare mais j'avais rien trouvé comme arrangement. Au départ, c'était un peu funky avec des wah wah et tout le truc... Du coup, je l'ai rangé dans la boîte à idées pourries. J'aime pas trop le funk.
Un an plus tard, Denis me pousse à le travailler, il adorait la mélodie. On a arrangé ça à trois avec Antoine dans une maison dans les bois à Fond d'Ox en Belgique. On a utilisé le plancher de la maison pour faire la grosse-caisse et une chaise pour la caisse claire. On s'est beaucoup amusé à faire ça... Ensuite, j'ai trouvé un Marxophone sur E-bay, c'est une harpe chromatique automatique assez rare. Et avec Denis, on a composé la fin. J'aime la musique médiévale en fait et c'est la première que l'on s'en approche un peu.

Couples on TV
C'est une chanson de Daniel, le bassiste. J'avais reçu la démo et j'ai tout de suite adoré, c'est un des grands coups de coeur du disque. Au départ, elle était en allemand. Daniel s'était amusé à adapter un poème allemand...
Finalement, il l'a adaptée en anglais... Ça parle du couple, de l'image fantasmée que l'on en a ado et puis la réalité qui est plus nuancée. On a tous un peu traversé des moments de désillusion durant ces trois années.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews