Françoiz Breut et Boy and the Echo Choir au Stakhanov (Nantes), le 31/01/2013

08/02/2013, par Matthieu Chauveau | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Une fois n'est pas coutume – et on ne va pas s'en plaindre - il y a du monde dans le quartier Bouffay de Nantes en début de soirée ce jeudi, une si longue queue devant le Stakhanov qu'on loupe les 10 premières minutes du concert de Boy and the Echo Choir, le groupe qui ouvre pour Françoiz Breut.

 Boy and the Echo Choir

Elles sont deux sur la petite scène du Stakhanov – on tente de se frayer un chemin vers les musiciennes à travers la foule compacte (la salle est pleine comme un oeuf) pour s'en assurer. Oui : Caroline Gabard, la tête pensante de Boy au chant, à la guitare et au clavier et Rachel Langlais au clavier et choeurs. Boy and the Echo Choir font d'une pierre deux coups avec ce concert : ouvrir pour Françoiz Breut qu'elles adorent et surtout, présenter leur tout nouvel album, le fortement recommandable "It all Shines", disque parfaitement maitrisé, inspiré de bout en bout et mis en son d'une manière particulièrement élégante.

D'où cette question : "It all Shines", sans les arrangements studio, ça donne quoi ? Rien de tel qu'un concert au Stakhanov pour s'en rendre compte. C'est sûr, ici, le son n'est pas aseptisé : quelques mini-larsens surprises, des basses souvent légèrement ronflantes. Rien de grave cependant - au CBGB, en 1974, cela ne devait guère être mieux, le club n’en est pas moins devenu mythique. Le (très) bon côté des choses, c'est qu'on est proche des artistes, qu'on vit vraiment le concert. Et, surtout, que les groupes ne peuvent pas tricher. Et Caroline Gabard et son acolyte s'en sortent admirablement. Simplement habillées d'une guitare, d'un clavier et de quelques beats electro, les merveilles que sont "Endless Walk", "Impossible Heart", "Why Can't We" et surtout "The Sound" (que l'on croirait tout droit sorti du "Third" de Portishead) ne perdent rien de leur superbe et de leur intensité dramatique.

Juste le temps de savourer une Bière du Bouffay et arrive Françoiz Breut, accompagnée de ses trois musiciens (un guitariste, le très appliqué Stéphane Daubersy, un batteur et un clavier). Le concert s’ouvre sur le même morceau que le dernier album en date de la désormais Belge, le beau "BXL Bleuette", ode à sa ville d’adoption, interprété avec une vigueur qui ne lâchera jamais la chanteuse pendant plus d'une heure.

Françoiz Breut

Françoiz fait preuve d’une belle générosité, tant vocalement que gestuellement, accompagnant volontiers son chant de danses intuitives et rythmées, semblant guidées par ses bras sans cesse en action. Une expressivité quasi-théâtrale qu’on devine pourtant tout à fait naturelle chez elle. La setlist est impeccable, faisant la part belle au nouvel album mais pas que. Aucune période n’est oubliée. Pas même le premier disque disque enregistré en compagnie de Dominique A. Si "Le Don d’Ubiquité" ou "La Femme Sans Histoire" sont livrés dans des versions qui n’ont plus grand-chose à voir avec le minimalisme do it yourself revendiqué des débuts, ils n’en sont pas moins toujours aussi savoureux.

C’est justement ce qui épate dans la prestation de Françoiz : cette capacité à être aussi à l’aise dans des titres calmes, introspectifs et dans d'autres – nombreux - nettement plus rock’n’roll. Dans le premier genre, on retiendra surtout les chansons "A l’Aveuglette" et "2013", interprétées avec en special guest le violon crève-cœur de "la belle Carla Pallone" (dixit Françoiz – on enlèverait volontiers les guillemets) de Mansfield.TYA et surtout le sublime "KM 83" joué en guise d’au-revoir. Dans le second genre, mention spéciale au tubesque "20 à 30 000 Jours" et surtout aux plus récents "Michka Soka" et "La Chirurgie des Sentiments" dont on constate tout à coup que le groove dansant hyptnotique a des accointances improbables mais bien réelles avec la musique des Anglais de... Foals. C’est là tout l’art de Françoiz Breut que de brouiller sans cesse les pistes. La formule est galvaudée mais, en rentrant de cette belle soirée au Stakhanov, on se dit que Françoiz est une artiste assez inclassable. Ce qui est ici un très beau compliment.

 

Setlist Françoiz Breut :

BXL Bleuette

La Femme Sans Histoire

Les Jeunes Pousses

Marie-Lise

Le Don d'Ubiquité

Werewolf

20 à 30 000 jours

La Gomme

A l'Aveuglette

2013

Over all

Si Tu Disais

La Vie Devant Soi

Ultimo

Michka Soka

La Chirurgie des Sentiments

A l'Unisson

Cabinet de Curiosités

KM 83

 

Merci au Stakhanov.

Photos : Matthieu Chauveau

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals