Fiodor Dream Dog et Sharon Van Etten au Café de la danse, Paris, 1er octobre 2012

09/10/2012, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Fiodor Dream Dog

Le festival Ladyfest offrait le 1er octobre dernier au Café de la Danse une superbe double affiche. Vers 20 h, les membres de Fiodor Dream Dog montent sur scène et s'installent les uns à côté des autres. La batterie n'est pas reléguée derrière comme c'est l'usage, et pour cause : Tatiana Mladenovitch, qui en joue, est aussi la chanteuse et le leader de ce qui est d'ailleurs plus un projet solo qu'un véritable groupe. Si, sur disque, elle fait l'essentiel seule, en live elle est bien entourée, notamment de l'excellent Vincent Mougel à la guitare. La musique, chantée en anglais, rappelle celle de l'époque post-punk : anguleuse, à vif, puissamment rythmique et expressive. Quand elle parle entre les morceaux, Tatiana fait penser à son ami Bertrand Belin, qu'elle accompagne sur scène : c'est poétique, drôle, décalé. A l'image de sa musique, qui s'épanouit particulièrement sur scène.

Fiodor Dream Dog

Autre ambiance avec Sharon Van Etten et ses deux musiciens, dont les chansons sont au premier abord plus classiques, entre folk et indie rock, même si elles partent parfois dans des directions plus expérimentales, toujours parfaitement maîtrisées. Les compositions sont très abouties (notamment celles du dernier album, "Tramp", un des plus beaux qu'on ait entendus cette année), mais ce qui fait assurément la différence, c'est l'intensité de l'interprétation. La voix de Sharon donne le frisson, comme celles de Cat Power ou d'Alela Diane quand on les a découvertes. Un nouveau morceau joué en solo voix-guitare au milieu du set nous laisse exsangue. Mais la frêle jeune femme qui chante ces complaintes déchirantes ne surjoue pas le malheur et la souffrance et, bien qu'elle dise avoir eu un "bad day", nous offre quelques jolis sourires. Ses remerciements sont indubitablement sincères. On ressort du concert à la fois troublé, charmé et étrangement régénéré. Les disques nous avaient convaincus, la scène nous le confirme : Sharon Van Etten est décidément une artiste avec qui il va falloir compter.

Sharon Van Etten

 

Photos : Vincent Arquillière

Merci à Matthieu Blestel

les derniers articles


»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals