Festival Mixtures, Bordeaux le 01/06/2013

13/06/2013, par | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Le soleil est au rendez-vous, et même si le site les Vivres de l'Art (que j'adore) portent encore quelques stigmates des pluies pour le moins abondantes de mai, c'est tout à fait pratiquable comme terrain. Il y a de quoi se placer sans soucis, et juste une demi-heure de retard, ce qui est pour le moins raisonnable. Par ailleurs, l'aménagement de l'endroit est très sympa, de même que l'équipe (de nombreux membres de l'iBoat en font partie), ce qui est toujours agréable.

Mais la musique, qui se joue sur une petite scène, est bien le plus important. Sous un soleil bien présent, le duo Puce Moment déroule sa pop pour le moins vaporeuse, avec un peu de voix mais surtout de grandes plages instrumentales, assez prenantes. Le seul souci, et ce n'est pas de leur faute, est que leur son s'accomoderait certainement mieux de l'obscurité. Mais, intrigant et original, ce projet de deux membres de Cercueil mérite d'être revu.

La suite, c'est currywurst (je suis sûr que vous êtes ravis d'apprendre ce que j'ai mangé), bière et contemplation du public, dont la superbe poupée gonflable recouverte d'un casque de catcheur mexicain, et nommée "El Stringo" (sachez que je vous épargne le pire en plus).

Unison

Mais foin de considérations... esthétiques, voilà qu'Unison est là. Il n'y a toujours pas de batteur sur scène (à vrai dire, seul un des cinq groupes de la soirée a fait appel à une de ces bêtes étranges), et au départ, des problèmes de son assez terribles. Un ajustement bien senti après, le rendu est beaucoup mieux : c'est puissant et mélodieux, assez sombre (foutu soleil qui vient tout gâcher - OK je sors...) et ça envoie quelques grosses ondes des plus salutaires. Claviers agressifs sur voix éthérée, avec de surplus quelques guitares bien lourdes, je reconnais sans peine avoir bien accroché.

La Chatte

En revanche, ce ne fut pas du tout le cas de La Chatte, qui m'est passé à 10 kilomètres au-dessus de la tête. ce qui ne m'a pas empêché de voir la tenue bariolée sur scène, pendant que mon esprit divaguait. Et aussi que mon estomac grouillait, ce qui m'attire vers un stand de frites, hélas sans frites (il fallait les faire) : j'ai donc attendu. J'y voyais suffisamment bien pour voir que Le corps mince de Françoise a le bon goût d'avoir une batteuse, mais aussi une belle dose d'énergie, qui permet aux deux soeurs Emma et Mia de sauter, de se dépenser avec une ardeur qui fait plaisir à voir. Il est vrai que l'électro-pop au potentiel dansant très marqué s'y prête à merveille : une bonne manière de chauffer le public (en plus, c'est vrai qu'il commence à faire froid. Il est où le soleil ? En fait, il fait nuit. Bon.).

Le Corps Mince de Françoise

Chauffer le public ? Vu l'excitation qui règle alors que Sexy Sushi (et ses roadies / techniciens son) termine sa mise en place, c'est déjà fait. Une croix en polystyrène sur scène, puis un barbu cagoulé, enfin Mitch Silver et Rebekka Warrior font leur entrée sur scène. Pas besoin de faire beaucoup d'efforts pour le groupe, tant le public est prêt à démarrer à la moindre note. Je ferais quant à moi preuve de moins d'enthousiasme, même s'il y a quelques moments de "bravoure" ("Sex appeal", "Je doute", "J'aime mon pays"), je trouve le set trop décousu. Derrière le décorum, il y a quelque chose qui ressemble à de l'automatisme, et si le public réagit à fond, il y a aussi quelque chose d'étrangement sage dans l'invasion de la scène. Peut-être auait-il fallu que notre ami le catcheur mette un peu d'animation dans tout ça ? Ou peut-être que la musique du duo s'adapte mieux à une salle exigüe. Toujours est-il que je quitte les lieux après cette prestation/performance, avec l'envie de revoir Mixtures l'année prochaine.

Sexy Sushi
Sexy Sushi

Merci à Anne. Photos : sOwat

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals