Fantasmes iconiques pour Lana Del Rey

28/06/2012, par Christophe Despaux | Clips |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

On le sait depuis "Born to Die" : l'horizon indépassable vers lequel se tendent les ongles french-manucurés de Lana Del Rey, c'est l'icône. Mais une seule icône, avouez, c'est ennuyeux. Aussi Del Rey se dédoubant pour son dernier clip, "National Anthem", joue à la fois Marylin et Jackie Onassis, la femme et la maîtresse, la maman et la putain, la blonde et la brune, etc... Dialectique, non ? Bon, ni Hitchcock, ni même De Palma ne se relèveront la nuit, car l'idée de départ n'est jamais développée et hormis le casting improbable et très Benetton de A$AP Rocky en Kennedy, rien n'advient vraiment dans ce long clip d'Anthony Mandler qui rejoue film Zapruder, anniversaire poupoupidou, et plein de faux films de vacances vintage (remember le clip home-made de "Video Games"). Le tout se noie dans une atmosphère fatalo-pompeuse qui rappelle la précédente vidéo woodkidisée de Lana ("les crocodiles ont croqué mon boyfriend"). "And I still love him -I still love him" sussure Jacky-Line à la fin. Amour toujours, destin tragique, Mort chez les Heureux du Monde : l'imaginaire de LDR ne va décidément pas plus loin qu'un Harlequin vaporisé à l'eau de chrysanthèmes.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals