Extra Golden - Hera Ma Nono

23/01/2008, par Julian Flacelière | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

EXTRA GOLDEN - Hera Ma Nono
(Thrill Jockey / PIAS) [site] - acheter ce disque

EXTRA GOLDEN - Hera Ma NonoVoici un groupe qui va fortement perturber les esprits archaïques pour qui la musique africaine se résume au tam-tam des savanes, à la BO du "Roi Lion" et aux chants tribaux lors d'affreuses cérémonies païennes... On oublie souvent de rappeler que la musique anglo-saxonne tire ses origines du nord de l'Afrique et que les passerelles entre le rock, la musique africaine, le gospel sont innombrables. Les travaux de Ry Cooder, le "Remain in Light" des Talking Heads ou plus récemment le superbe et crépusculaire "Mali Music" font figure d'exemples.
Malheureusement donc pour les journalistes et pas mal de monde avec eux, difficile de faire dans la formule avec Extra Golden. Composé de deux Américains et de trois Kenyans, ce groupe n'est pas seulement un fécond échange culturel ou une collaboration exceptionnelle de musiciens venus de deux continents différents. Nous avons là un gang, un véritable groupe, avec un style difficile à définir, qui ne se limite ni aux tempos africains traditionnels que l'on retrouve dans le beat très club de "Obama" (un autre Américano-Kenyan en vogue) ni dans la facture plus lancinante, plus occidentale de "I Miss You", et encore moins aux percus en avant, à la Liars, de "Brothers Gone Away".

Pas la peine de rechercher ce qui est authentiquement kenyan ou typiquement américain dans cette collection de chansons... "Jakolando", porté par la voix pour le coup chevrotante d'Onyango Jagwasi, ouvre l'album et de quelle manière ! Le piano très jazzy se mêle parfaitement au leitmotiv entraînant, cristallin de la guitare, dont les sonorités typiquement benga donnent une couleur, une chaleur que l'on aurait cru difficile à apporter à cette chanson évoquant la disparition de milliers d'individus lors des génocides, et celle du frère d'Onyango en particulier.
"Street Parade" pourrait presque être un vieux titre de Bowie ou de Brian Eno clôturant un office religieux. Chant de prêcheur sexy, terriblement soul ; choeurs plus froids, plus métalliques à l'image du "Sister Midnight" d'Iggy Pop ; effets et distorsion en pleine bourre, ardents, qui sortent des rails pour des montées de fiel brûlant la charpente autrement plus festive et chaloupée du second guitariste ; drum kit monté sur ressorts... Une grande chanson, brillante synthèse de soul, jazz, rock roots et musique traditionnelle kenyane. "Hera Ma Nono" est un disque homogène, avec un souffle, un abandon, des atmosphères qui dépassent de très loin les frontières de l'Afrique de l'Est et celles de nos fragiles catégories mentales.

Julian Flacelière

Jakolando
Obama
I Miss You
Night Runners
Street Parade
Brothers Gone Away
Love Hijackers
Hera Ma Nono


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews