Electric Electric à l'i.Boat (Bordeaux), le 07/09/2012

10/09/2012, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Il fait à nouveau chaud sur la capitale girondine, ce qui a visiblement pour effet de décourager les spectateurs, si j'en juge par le monde réduit qui se presse au bar, pourtant très agréable. Electric Electric vient présenter son nouvel album, et le groupe est précédé par Ultra Panda.

Ultra Panda

Je mets quelques minutes pour trouver le courage de quitter la terrasse à l'air libre de l'i.Boat pour aller m'enfermer dans la cale du bateau. Visiblement, je ne suis pas le seul à avoir eu des difficultés à trouver la force de descendre, mais Ultra Panda s'en fiche pas mal, qu'il y ait du monde ou pas. Et ceux qui sont là ont droit à ue grosse piqure d'adrénaline, option hardcore (ou apparenté...) : c'est sec et tendu, ça tape et hurle fort, mais ça donne une pêche d'enfer. Certains morceaux ne sont pas loin de me donner envie de sauter un peu n'importe comment, et je pense : Ultra Panda est peut-être le meilleur ami des salariés en stress : ça détend finalement, tant de violence.

Electric Electric

Le trio strasbourgeois Electric Electric semble extrêmement déterminé à l'amorce de ce set, qui durera une heure. Une guitare, un amoncellement de machines et une batterie en position centrale, le décor minimaliste est prêt, et la machine de guerre se met en marche, sans vrai round de chauffe. De nombreux extraits de "Discipline", le nouvel album, figurent dans la setlist, et le nom de celui-ci semble approprié tant les trois membres font preuve de maîtrise, même si la musique fait très débridée, véhicule des torrents d'énergie, de presque fureur qui surgit après de longues plages percussives parfois, mais le plus souvent portées par des samples de guitares abrasives à souhait. Etrangement, mais de façon assez implacable, la musique d'Electric Electric, pousse à la danse, en tout cas à l'expression corporelle, ce que prend au pied de la lettre un spectateur qui s'en donne à coeur joie au premier rang. L'absence de compromis dans les morceaux du trio laisse quelques spectateurs sur le bord du chemin, moi je suis séduit par cette débauche d'énergie somme toute très maîtrisée, très dirigée et qui en est d'autant plus impressionnante et percutante. Une heure de ce traitement, et vous ressortez tout neuf, tout essoré, alors j'ose à peine imaginer comment se sentent les musiciens : ils ont tout donné, et le résultat était à la hauteur de mes attentes.

Electric Electric

Merci à l'i.Boat. Photos : Mickaël Choisi

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals