The Duke Spirit - Cuts Across the Land

13/12/2005, par Kévin Le Gall | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE DUKE SPIRIT - Cuts Across The Land
(Loog) [site] - acheter ce disque

THE DUKE SPIRIT - Cuts Across The LandSous cet objet rouge se cache une belle surprise, une dont on rêve tous les jours, sans réel espoir, préférant replonger dans sa vieille collection de disques estampillés d'une ou deux générations précédentes ou, à défaut, choisir au hasard l'un de ces nouveaux petits groupes, ma foi très sympathiques, mais dont la marque de fabrique est trop évidente, trop incrustée dans l'époque pour réellement convaincre. Il manque toujours ce grain de folie, cette note d'authenticité indispensable pour dépasser le temps et procurer du plaisir des années plus tard, sans nostalgie, juste pour le plaisir de l'instant. Peut-on en dire autant de The Duke Spirit ? L'avenir nous le dira. Mais une chose est sûre : sur la planète rock actuelle, ces Anglais-là flottent dans une autre galaxie. Rien de révolutionnaire, simplement ces gens ne vous mentent pas. Dit comme ça, on frôle la banalité et pourtant à l'écoute de ce premier album, rien n'est plus évident ; il est tellement facile de critiquer à tout va, de jouer l'ironie, de travestir, de parodier, que vous éprouvez un réel plaisir lorsqu'un album aussi touchant de sincérité vous arrive dans les oreilles. Cela se ressent à une production très dépouillée, mise à nu, sans pour autant être inexistante, préférant laisser le son abrasif des Duke Spirit évoluer à sa guise, sur un tempo tantôt posé, voire très lourd (dans le bon sens du terme), tantôt énergique, qui au lieu de gentiment vous travailler au corps, vous assène un grand uppercut au menton. Une manière d'apercevoir les étoiles... et de se faire consoler par la séduisante Leila Moss (aucune idée de son lien de parenté avec la célèbre Kate mais la ressemblance physique est frappante), dont la jolie frimousse surmontée d'adorables cheveux blonds cache une voix rocailleuse vous racontant des histoires de cœur, de haine, de vengeance... Un voyage dans la douleur qui dans ses meilleurs moments n'est pas sans rappeler le Velvet et ce son distordu, proche de la fissure, déglingué comme une vieille carcasse qui effraie autant qu'il séduit en faisant cohabiter le beau et le malsain, la joie et l'horreur. Que ce soit par des attaques directes comme sur les ébouriffants "Fade The Sun", "Love Is An Unfamiliar Name", ou de manière plus lancinante, sous la forme de ballades électriques comme "Darling You're Mean", "Hello to The Floor", ou encore l'étrange "You Were Born Inside My Heart" qui ressemble presque à une incantation, The Duke Spirit crée autour de ce premier album une ambiance oppressante, capable de vous tordre les boyaux, et confirme sa volonté de creuser son propre chemin.
Un chemin déjà bien chargé puisque "Cuts Across The Land" est l'accomplissement de sept années passées sur la route, à errer de concert en concert, à se légitimer auprès du public. Et si c'était ça le secret...

Kévin Le Gall

Cuts Across The Land
Stubborn Stitches
Darling You're Mean
Win Your Love
Hello to The Floor
Bottom of The Sea
Fades The Sun
You Were Born Inside My Heart
Lion Rip
Lovetones
Love Is An Unfamiliar Name
Red Weather


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews