Dislocation Dance - Music Music Music + Slip That Disc ! / Midnight Shift + Singles

10/05/2006, par | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DISLOCATION DANCE - Music Music Music + Slip That Disc ! / Midnight Shift + Singles
(Les Temps Modernes)
- [site]

Si les Mancuniens de Dislocation Dance peuvent a posteriori être rattachés à la vaguelette swing-pop qui lécha les côtes anglaises dans les années 82-84 (Weekend puis Working Week, Everything But The Girl, Style Council, French Impressionists, Vic Godard...), il serait réducteur de qualifier leur musique de jazzy. Ambitieux et ouvert d'esprit, le groupe, créé fin 1978, brassait avec plus ou moins de réussite un large spectre d'influences et de styles : funk, jangle pop, musiques de films, rythmes afro-cubains, ska, voire free jazz et easy listening. Un éclectisme qui peut expliquer leur insuccès à l'époque des garçons coiffeurs à synthés, et ce malgré les bonnes fées qui se penchèrent sur leur berceau, de Tony Wilson de Factory à l'Américaine Ruth Polsky, qui fera tourner les Smiths outre-Atlantique. L'essentiel de leur oeuvre est aujourd'hui réuni sur deux CD, dont les pochettes pastichent celles de Blue Note : bonne occasion pour un rattrapage express.

Le premier mini-album huit titres, "Slip That Disc!" (août 81), offre une sorte de funk blanc déstructuré, assez typique de l'époque, quoique moins virulent que les divagations de James Chance ou du Pop Group. Le groupe affirme une sensibilité pop à travers une reprise du "We Can Work It Out" des Beatles, même si la mélodie est totalement mise à plat. Le premier vrai album, "Music Music Music", sort deux mois plus tard seulement (sur New Hormones, le label créé par les Buzzcocks, comme le précédent), mais le son de Dislocation Dance est déjà différent : plus mélodieux, plus accessible, plus jazz, même si les musiciens jouent avec la vigueur du punk et la sécheresse de la new wave. Bien que la trompette de l'excellent Andy Diagram soit omniprésente, aucun morceau ne ressemble vraiment aux autres. Malheureusement, la production terne et fauchée ne rend pas vraiment justice à la vivacité et à l'originalité des compositions. Deux singles ultérieurs figurent également sur le CD, dont "You'll Never, Never Know", bossa guillerette chantée par Kathryn Way, qui aurait mérité d'être un tube.

Malgré des ventes décevantes, Dislocation Dance sortira encore quelques singles et un second album, "Midnight Shift", sur Rough Trade en 1983. La chanson-titre, empruntée à Donna Summer et Giorgio Moroder, donne le ton : sans renoncer à sa variété d'inspirations et à son approche intuitive, le groupe, fan d'Abba, Burt Bacharach et Haircut 100, arrondit les angles, met la voix de sa chanteuse en avant et tente un single à la Kim Wilde (en beaucoup moins putassier, quand même), "Show Me", avec version maxi et remix dub de rigueur. La plupart des morceaux sont à la fois accrocheurs et complexes, pleins de cassures rythmiques et de changements d'accords inattendus. Dommage que, là encore, la production soit trop clinique et bien peu groovy, avec un son de batterie raide comme la justice.
Malgré un buzz très avantageux, le succès continue à se défiler et Dislocation Dance se disloque. Les membres du quintette abandonneront la musique ou stagneront dans le bas de tableau de la division indie (le groupe s'est en fait reformé il y a quelques années et a sorti des disques, principalement pour le marché japonais). Seul Andy Diagram poursuivra une véritable carrière, discrète mais riche et variée : on le retrouvera en effet chez les merveilleux Pale Fountains (que certains morceaux de "Midnight Shift" ne sont pas sans évoquer), puis avec James. Il formera ensuite les plus expérimentaux Spaceheads avec Richard Harrison, l'ex-batteur de DD, et est aujourd'hui l'un des deux Pale Boys qui accompagnent David Thomas, l'ancien chanteur de Pere Ubu. C'est ce qu'on appelle de l'éclectisme.

Vincent Arquillière

Music Music Music + Slip That Disc ! - acheter ce disque
Stand Me Up
Don't Knock Me Down
Yops Course
Meeting Mum and Dad
Friendship
Take a Chance (on Romance)
... Have a Dance
Roof is Leaking
With a Smile on Your Face and a Frown in Your Heart
Vendetta (Theme)
Narrow Laughs
Footlose
Can't Race Time... and the Mad Killer (Coda)
Wonder What I'll Do Tomorrow
+
Rosemary
Shake
Can't Race Time... and the Mad Killer (Version)
You'll Never, Never Know
You Can Tell
+
Spare Concern
I'll See It
It's All True... Panic!
We Can Work It Out
So Much Fault
This Problem
Clarinet Source
Under One and Over

Midnight Shift + Singles - acheter ce disque
Show Me
I'm Doing Fine
Here Comes Love
Remind Me
Tyrannies of Fun
Open Cages
Baby Blue
With a Reason
Mr Zak
Bottle of Red Wine
Midnight Shift
San Michelle
+
Violette (7")
Remind Me (Intsrumental)
Show Me (12" Version)
Show Me (Dennis Bovell Mix)
Vendetta
We Can Work It Out
San Michelle (Original Version)


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals