Josselin Bordat & Basile Farkas - Dictionnaire de la mauvaise foi musicale

16/07/2010, par Rémi Mistry | Articles |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JOSSELIN BORDAT & BASILE FARKAS - Dictionnaire De La Mauvaise Foi Musicale
(Hugo & Cie - Chiflet & Cie) - acheter ce livre

La mauvaise foi a toujours été une composante majeure du travail de rock-critic. Les deux auteurs de ce dictionnaire iconoclaste en savent quelque chose, l'un est journaliste à Rock&Folk tandis que l'autre, spécialiste mondial de l'eurodance (!!?), officie au sein du bouillonnant Brain Magazine. Révélant sur près de deux cents pages le "vocabulaire indispensable pour devenir raisonnablement malhonnête (afin d'être) capable de stigmatiser les goûts d'autrui avec élégance", les auteurs se livrent ici à un exercice d'autocritique salvateur qui s'adresse autant aux lecteurs assidus de revues musicales qu'aux "spécialistes" un peu trop spécialisé.

Avec une pincée de cynisme, un soupçon d'ironie et une grande cuillérée de second degré (on ne débute pas un ouvrage avec une citation de Jacques Attali sans avoir une bonne dose d'humour), Bordat et Farkas prennent un malin plaisir à mettre en exergue les tics de langages, expressions toutes faites et autres formules usées jusqu'à la corde employés par l'ensemble des journalistes musicaux et des mélomanes monomaniaques (qui sont souvent les mêmes personnes) ; formules dont nous vous livrons ci dessous une petite sélection en guise d'amuse-bouche. De par ce souci de décryptage du jargon de la musique moderne, l'ouvrage complète parfaitement l'excellent "Dictionnaire snob du rock" paru il y a quelques années chez (feu) Scali dans lequel Fabrice Gaignault expliquait que "le rockologue est une sorte de snob érudit cultivant avec une délectation contagieuse un élitisme des plus restreints, une partialité saugrenue et une certaine mauvaise foi lorsque son crédit est en jeu". De fait, ce petit dictionnaire de la mauvaise foi musicale, inégal mais réellement subversif par endroit, devra donc se porter tout le temps sur soi pour ne pas être pris au dépourvu lorsque, dans un dîner en ville déterminant pour votre carrière, on vous parlera de minimalisme, de guitares reptiliennes ou du "toujours difficile deuxième album".

Rémi Mistry

acheter ce livre

Actrice (disque d') : n.m. En général "doux- amer " ou "en clair-obscur", dans tous les cas, résolument "sucré-salé".

Bande son d'un film imaginaire : expr. Formule ennoblissant instantanément toute musique instrumentale peu inspirée.

Céleste (mélodie) : adj. Adjectif à utiliser si et seulement s'il est venu le temps des cathédrales.

Design (agence de) : n.f. Plus connues sous le nom de "labels électro.

Erudit : n.m. Journaliste rock doté d'une connexion internet.

Indie : adj. Qualifie à l'origine les groupes signés sur des labels indépendants, en marge du circuit des majors. Par extension, désigne aujourd'hui les têtes de gondole FNAC, Virgin et Gibert où se côtoient les albums, CD single, CD maxi single, DVD et éditions Digipak collector de Muse, Grandaddy ou Franz Ferdinand.

Interpol : Groupe le moins recherché du monde.

iTunes : Enlever le i.

Leader : n.m. Il n'y en a jamais dans un groupe, selon le leader.

MTV : Lancée le 1er aout 1981 aux Etats-Unis, cette chaîne musicale pionnière provoqua un nombre considérable d'avancées sociales : droit de danser en maillot de bain avec ses amis aux seins refaits autour d'une piscine ; droit d'accéder à l'art contemporain en pâte à modeler avec les vidéos de Peter Gabriel ; droit d'envoyer AMOUR au 81212 pendant un clip des Pussycat Dolls.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews