Debmaster - Monster Zoo

07/05/2006, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DEBMASTER - Monster Zoo
(Hip Notik Records) [site] - acheter ce disque

DEBMASTER - Monster ZooSi vous avez eu l'occasion d'écouter "La Bête du Sous-sol", le morceau le plus rentre-dedans de "Hipothetik Disaster", la compilation sortie l'an dernier par le label angevin Hip Notik, vous ne serez pas surpris par ce premier album de Debmaster. L'adjectif "traumatisant" que j'avais employé à l'époque pour qualifier ce titre s'applique sans mal à l'ensemble de "Monster Zoo". Traumatisant, tonitruant, terroriste, ce hip hop fou à la sauce électronique l'est, quasiment tout du long. Ca vibrionne, ça virevolte, ça décoiffe, ça arrache, ça malmène l'auditeur. Ca lui impose un florilège de sons électroniques un brin cheap, un poil rétro, mais diablement dévastateurs, qu'ils soient habillés ou non par les paroles de quelques rappeurs.

Car des rappeurs, il y en a sur cet album. Et pas des moindres. La liste des invités de Debmaster est alléchante. En première ligne figure un nombre appréciable de Californiens tels qu'on les aime ici, parmi lesquels Inoe Oner, Sach, Subtitle et Existereo. Sont aussi de la partie les Australiens de Curse ov Dialect, l'impayable Floridien Bleubird, notre Donkishot national et même un véritable chanteur, un certain Maître Vitalis de Yubaba Smith&Fortune, pour un titre de folk hop fait spécialement pour moi. Et loin d'être les habituelles cautions rap (ou folk, donc) et internationales d'un artiste français de musique électronique avec lequel ils n'auraient pas le moindre atome crochu, comme cela a pu être le cas ailleurs, par le passé, les prestations de ces artistes n'ont rien d'inepte ni de superflu.

Au contraire, sans vouloir relativiser le talent de Debmaster, les plages les plus marquantes de ce bien nommé "Monster Zoo" à la pochette rigolote sont pour une bonne part celles qui sont rappées. Il faut citer "Skinnerd", par exemple, qui aurait même tendance à être l'un de mes titres préférés du très verbeux Bleubird. Il ne faut pas oublier ce "Raw Deal" au beat on ne peut mieux adapté au flow robotique de Subtitle. Il faut aussi retenir l'excellent "Xplode", un tube, un vrai, mon morceau de ce début d'année, celui que je mets tous les soirs en rentrant pour bien terminer ma journée, une petite tuerie techno déglinguée au finale mémorable interprétée avec verve par les impeccables Existereo et Innaspace, alias The Whyknows. De leur côté, les instrumentaux comportent aussi leur lot de réussites comme le très sombre "March of the Monsters", l'entraînant "Fashion in Hell" et les scratches fous de "3 Bros". Certes, il faut bien le dire, les beats ravageurs dont est émaillé cet album sont parfois plus impressionnants que véritablement captivants. Mais rien que ça, c'est déjà beaucoup.

Sylvain Bertot

La Fuite
Universal Bigot Eliminators feat. Curse ov Dialect
Angine
Xplode feat. The Whyknows (Existereo & Innaspace)
March of the Monsters
Digi (2020) feat. Name Science (Inoe Oner & Sach)
Bombergirl
Skinnerd feat. Bleubird
Fashion in Hell
Raw Deal feat. Subtitle
3 Bros
Asile story feat. Donkishot
Push the Pressure
Jenny feat. Maitre Vitalis
Bison Rock

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals