Contriva - If you had stayed

12/03/2003, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CONTRIVA - If You Had Stayed
(Monika)

CONTRIVA - If You Had StayedCa pourrait être un truc post-quelque chose, un de plus, mais là, franchement, c'en est trop de ces appellations utilisées à tort et à travers. Il est pourtant vrai que plusieurs écoutes de ce disque ont du mal à m'ôter l'impression d'écouter ce qui pourrait être une collaboration entre The Sea And Cake et Tortoise.
Agréable mélange de boucles rythmiques (batterie la plupart du temps), de guitares acoustiques et électriques, rêche et resserrée pour l'une, ample et aérienne pour l'autre, de violons à l'écho distant, cette musique parvient lors des deux premiers morceaux à attiser ma curiosité et à me faire pousser plus avant l'écoute de ce disque aux contours champêtres.
C'est hélas au troisième morceau que mes sentiments se brouillent, l'ennui venant tout juste de pointer le bout de son nez malgré un déferlement de guitares assez inattendu. Mon trouble se confirme avec "Dust" lorsque Contriva se lance dans un sucré salé de guitare et de basse rondes, servies avec des rythmiques électroniques sèches. Non pas que ce ne soit pas bien, mais… je reste sur ma faim.
Comme un doux paradoxe, c'est la facture plus classique de "Instead", dont le son n'est pas sans rappeler Swell (époque "Too Many Days Without Thinking"), qui m'ouvre à nouveau les oreilles à cet album à propos duquel j'ai décidément bien du mal à me faire un avis. Il serait d'ailleurs inutile que j'aille plus loin dans cette description de partie de yoyo ; Contriva me fait jouer aux montagnes russes tout ce disque durant.
Je ne peux pas nier que "If You Had Stayed" est abouti, pas plus que je ne peux nier que c'est un bon disque. Malgré tout, comment ne pas avouer que, à la longue, je finis par trouver beaucoup de ressemblance entre chaque titre et à regarder le temps qu'il reste au compteur. D'où mon embarras : me rendre compte que j'ai entre les mains un disque de qualité mais qu'il n'est pas tout à fait pour moi et que je ne rentre dans son univers qu'au prix d'un effort trop peu naturel. Embarras renforcé par la quasi-certitude que ce disque plaira à de nombreux lecteurs.

Fred

Never Shown Again
Connected
Presentiment
Dust
Self-Service
Shadow
Instead
Forget About Nightshifts
Deceiving Trace
Pipeline
After Work Club
Seaside

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals