Chris Wilson - Second Life

08/06/2010, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CHRIS WILSON - Second Life
(Rock Paradise / Rue Stendhal) [site] - acheter ce disque

CHRIS WILSON - Second LifeRetour d’une source de culte fervent dans nos contrées françaises. Eh oui, de temps en temps, la France sait reconnaître la grandeur d’un groupe avant tout le monde. Ce fut le cas des Flamin’ Groovies. Signataire de véritables brûlots esthétiques et stoniens en pleine déliquescence, ils signèrent, en pleine effervescence punk, trois manifestes power-pop dont "Shake Some Action" constitue l’absolu pinacle. Parlez-en à Jef Aérosol, il me confia un jour avoir écouté cet album tous les jours pendant 10 ans… Chris Wilson, chanteur du groupe depuis 1972, quitta le groupe en 1981 pour rejoindre les Barracudas, autre formation de très haute tenue qui vouait une admiration sans borne aux Frimeurs Flamboyants. Les années 80 et 90 n’ont pas été simples pour Wilson, dont les albums, bien que toujours d’excellente facture, se faisaient rares. Après un trou de plus de 10 ans, le label Rock Paradise prit le taureau par les cornes et décida de publier ce nouvel opus de Chris Wilson. Retour en forme après une période erratique, il constitue à mon sens davantage un disque de transition vers un avenir radieux qu’un retour en fanfare. En effet, Chris est secondé sur cet album par Anthony Clark, qui signe la très grande majorité des titres, Chris n’en signant que trois : "All the Action", qui se situe dans la pleine lignée de la période Beatles / Byrds des Flamin’ Groovies (ce que le titre laisse d’ailleurs largement présager), "Never Love Again", qui se trouvait déjà – dans une version différente, toutefois - sur le mini-LP que Chris enregistra avec les Sneetches en 1993 ; et le blues "While There’s Life", qui clôt l’album. De ce fait, c’est davantage sur les qualités d’interprétation que Chris marque son grand retour : une voix trempée dans le cognac, marquée par les excès et plus dylanienne que jamais (sur le très rockabilly "Under the Power Lines", et bien évidemment sur la reprise du Zim "Visions of Johanna"). On pardonnera quelques maladresses de production (le saxophone eighties sur "Sweet Deceit"), pour ne garder que l’essence de ce disque réalisé à l’ancienne par un gardien du temple, un de ceux qui pensent que le rock’n’roll est un secret qui se transmet de génération en génération. Tout est affaire de codes pour y rentrer, Chris Wilson le sait et nous fournit les clés de décryptage.

Frédéric Antona

acheter ce disque

All the Action
Shake That Feeling
Sweet Deceit
Set Free
Never Love Again
Blaze Away
Not for Real
Rise
Second Life
Under the Power Lines
Visions of Johanna
While There’s Life


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals