Chad VanGaalen - Skelliconnection

07/09/2006, par Aurélien Gaidamour | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CHAD VANGAALEN - Skelliconnection
(Sub Pop/ PIAS) [site] - acheter ce disque

CHAD VANGAALEN - SkelliconnectionChad VanGaalen ne fait rien comme les autres. "One-man-band" prolifique, il mène avec bonheur, en solitaire, sa barque musicale depuis son spartiate studio d'enregistrement personnel en sous-sol, choisissant de s'aventurer sans boussole, au jugé, dans des zones de toute façon ignorées des cartes de navigation réglementaires. "Skelliconnection" sort des sentiers battus - ce n'est pas rien de le dire - et fait rimer simplicité et créativité.
Le Canadien façonne son univers singulier, dénudé, biscornu et fourmillant de surprises, avec les moyens du bord. Ici, les guitares, acoustiques et électriques, mènent la danse et donnent, pour l'essentiel, leurs squelettes aux morceaux. Batterie, percussions en tout genre (tambourins, oeufs...), basse et claviers synthétiques viennent s'y greffer délicatement ou avec fureur, ainsi qu'à l'occasion d'autres instruments aux sonorités peu banales, bricolés par Chad lui-même.
"Skelliconnection", album aux douces sinuosités, construit tout en ruptures délicates, s'ouvre sur le très beau "Sing Me to Sleep", fausse berceuse qui invite l'auditeur à s'éveiller dans un autre monde, changeant comme celui des rêves. S'y enchaînent sans se télescoper - et sans que cela semble incongru - le stoner rock aux guitares acérées d'un "Flower Gardens", que ne renieraient pas les Queens of the Stone Age, et "Graveyards", histoire d'amour et de fantômes, complainte naïve et bouleversante qui sonne comme du Daniel Johnston bien chanté. Chad VanGaalen est aussi à l'aise avec les ballades folk ("Mini Tvs" ou "Wing Finger" dans lesquelles sa voix ressemble à celle de Tiny Tim, chanteur improbable des 60's au timbre de petite fille) qu'avec les morceaux énergiques à guitares (comme ce "Burn to Ash", aussi convaincant que du Clap Your Hands Say Yeah). De petits intermèdes bidouillés et faussement bancals ("Dandruff" ou "Viking Rainbows") pimentent l'écoute d'un album qui marie aussi l'électro mélancolique de "Red Hot Drops" au blues étonnamment vert et frais de "Wind Driving Dogs".
Si Chad VanGaalen vit dans un monde à part, il refuse l'isolement et combat l'autarcie. "Skelliconnection" ne tourne pas rond et mérite vraiment qu'on s'y arrête.

Aurélien Gaidamour

Sing Me to Sleep
Flower Gardens
Graveyards
Systemic Heart
Mini Tvs
Gubbish
Rolling Thunder
Dead Ends
Red Hot Drops
Wind Driving Dogs
Dandruff
See Thru Skin
Burn to Ash
Viking Rainbows
Wing Finger


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews