Cats on Fire - Dealing in Antiques

03/01/2011, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CATS ON FIRE - Dealing In Antiques
(Matinée) [site] - acheter ce disque

CATS ON FIRE - Dealing In Antiques On allait bien rigoler... Des blondinets finlandais, au nom potache un peu naze, avec des trombines à la Aha, en plus jeunes - ah ah ! - qui reprennent en ouverture le single de White Town "Your Woman" et son gimmick kitsch et entêtant, puis enchaînent des titres soigneusement enrobés de guitares eighties. Non mais, de qui se moque-t-on ? Nous sommes en 2010, tout de même, Monsieur. Bon, d'accord, "Dealing With Antiques" regroupe des titres recyclés des presque dix années d'existence du groupe - chutes de studio ou démos. Et certes, la nostalgie, ça peut avoir du bon, mais quand on est un vrai groupe qui se respecte, depuis l'an 2000, si on se sert de ses ancêtres, ou de ceux des îles voisines, c'est pour les recycler dans une tambouille plus moderne et hétérogène. Là, de l'indie pop aussi pure, c'est indécent.

En fait, ça ne s'est pas vraiment passé comme ça : je reçois le disque, et les premières écoutes évoquent avec une telle insistance la pop anglaise des années 80 que l'on sort bluffé par un tel exercice de style. On se demande juste de quel quartier de Manchester ces gars-là viennent, avant de se renseigner. L'album, notamment dans sa seconde partie, serre de si près le registre des Smiths, que cela frôle par bribes le plagiat - notamment au détour de certains phrasés vocaux. Le chanteur a dû pas mal écouter Morrissey, quand même. Un peu trop peut-être - c'est même la clé de cet album, parce qu'une fois libéré de ce mimétisme, une fois pardonné ce scandale, on se retrouve devant un album tout bonnement génial. Car le chanteur, Mattias Björkas, qui est aussi le compositeur principal des Cats on Fire, est sacrément doué.
Vingt titres, rien que ça, plus disparates que ce que la tapisserie vintage laisse d'abord entrevoir. Le son eighties, et la constance de la formation guitare / basse / batterie / voix ne dissimulent finalement qu'à peine une variété d'humeurs chatoyante, et fascinante.

Les Cats on Fire transforment tout en or : la mélancolie un peu lancinante, alliée à l'énergie des compositions, se fait tantôt twee pop tantôt indie rock, oscillant avec aisance, d'un titre à l'autre, entre les Field Mice (peut-être une autre grosse référence des Cats on Fire - ce qui ne manque pas de piment) et les Stone Roses ("Don't Say It Could Be Worse"), ou déviant franchement vers de la proto-dance ("The Smell of an Artist" et son incroyable gimmick de synthé). Quant au son, ne croyez pas qu'il soit approximatif parce que ce sont des démos : au contraire il est parfaitement maîtrisé et fait honneur à ces compos impeccables. Aussi à cet égard, l'album dépasse de loin son descriptif succinct de "collection de chutes de studio". Les vingt titres semblent ratisser méticuleusement tous les états d'esprit que la brit pop rend possibles - à l'image de la guitare électrique, qui oscille perpétuellement entre accords plaqués sèchement et arpèges tricotant un mur de cordes à la fois véloce et enrobant, à la manière des La's, de John Squire, ou de Johnny Marr. Tantôt fougueux (le pulpien "Draw in the Reins") tantôt lyrique ("Crooked Paper Clip"), les vingt titres restent globalement d'une humeur légère, voire globalement enjouée, mais c'est souvent pour mieux altérer l'ensemble, au détour d'un accord ou à la fin d'une phrase - on reconnaîtra là la marque d'orfèvres du genre.

Toujours est-il que pour un objet hybride, "Dealing With Antiques" est sacrément cohérent - rien que de l'excellent parmi ces antiquités... Et que pour sortir un album de brit pop, ces Finlandais sont sacrément brillants.

David Dufeu

acheter ce disque

Your Woman
Poor Students Dream of Marx
Never Land Here
Crooked Paper Clip
Something Happened
On His Right Side
Don't Say It Could Be Worse
My Friend in a Comfortable Chair
You Will Find Me Where You Left Me
Solid Work
Higher Grounds
They Produced a Girl
Honey Your Baby
The Smell of an Artist
Your Treasure
The Cold Hands of Great Men
Draw in the Reins
Happiness Is Chemistry
Stars
The Hague

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals