Buke and Gass - interview

24/06/2011, par Catherine Guesde | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Ils génèrent un raffût pas possible pour deux personnes, jouent une musique hybride, quelque part entre noise et guitare classique. Ils s'appellent Buke and Gass, à cause des instruments bizarres qu'ils utilisent. En première partie d'Owen Pallett au Café de la Danse, ils en ont rebuté certains, fasciné d'autres - dont quelques membres de POPnews. On a décidé de laisser ces gens qui méritent qu'on parle d'eux se présenter d'eux-mêmes.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Aron : Non, parce que ça se complique rapidement. Moi c'est Aron, et elle c'est Arone. Elle joue du Buke, c'est-à-dire un ukulele transformé en une petite guitare à six cordes. Quant à moi, je joue du Gass, un instrument hybride fait maison, un croisement entre une guitare et une basse. D'où son nom.  

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

On s'est trouvés dans une laverie. Dans le sèche-linge #12, pour être exact. Il faisait très chaud.

Dans vos arrangements, il y a beaucoup de spontanéité et de sophistication. Comment composez-vous ?

On improvise pendant des heures, tout en s'enregistrant. Puis on met nos casques de mineurs, et on creuse dans tout ce bordel jusqu'à ce qu'on y trouve des éléments susceptibles de former une chanson. Avec un travail d'assemblage, on arrive à un morceau assez abouti. 

Quelles sont vos influences musicales ? 

Les influences de Buke and Gass ne sont pas forcément celles de ses membres. Mais si on se place du point de vue du groupe, et qu'on le prend comme une entité à part entière, on peut considérer qu'on est influencés par la météo et par les contraintes de temps. Sur le plan musical, notre jeu de "guitare" est déterminé par les instruments que nous utilisons. 

Pourquoi fabriquer vos propres instruments ?   Pour rester fidèles à une éthique DIY ?

Aron : On a été contraints de fabriquer nos instruments, parce que sans cela ils n'existent pas. On n'est que deux, mais nous essayons d'avoir le son d'un groupe plus complet. Nos instruments ont été conçus pour résoudre cette équation impossible. Leur forme découle de leur fonction. Et, même si le DIY nous tient à coeur, je dirais que c'est surtout parce que nous aimons tout contrôler que nous les fabriquons. 

Vous êtes sur le point de jouer en première partie de Lou Reed pour deux dates européennes (dont le 7 juillet à Paris, ndlr).   Qu'est-ce que cela signifie pour vous ? 

Cela signifie que Lou Reed est un gars ouvert d'esprit et d'oreille, et qu'il est suffisamment clément pour nous prendre avec lui le temps de quelques concerts. Nous avons déjà joué avec Laurie Anderson et lui en février, au club de John Zorn, The Stone. C'était une merveilleuse soirée informelle, où nous avons improvisé et généré du boucan. Nous sommes ravis de jouer de nouveau avec lui. 

En dehors de Buke and Gass, comment occupez-vous vos journées ? 

Aron : J'aime bien fabriquer des trucs à partir de ce qui me tombe sous la main. Mon gagne-pain est de fabriquer des instruments, notamment pour Blue Man Group

Arone : Je fais les t-shirts et les pochettes des albums du groupe ; je fabrique à peu près tout ce que nous vendons. Il y a des fois où je suis mécanicienne de vélos à Brooklyn. J'écris tous les jours dans un carnet, je passe autant de temps que possible à l'extérieur (de préférence dans des parcs ou sur la plage), et surtout, j'adore faire du Angel Food Cake. Et le manger.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews