Benny Profane - Trapdoor Swing / Dumb Luck Charm

16/03/2006, par V | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BENNY PROFANE - Trapdoor Swing / Dumb Luck Charm
(Les Temps Modernes) - acheter ce disque

BENNY PROFANE - Trapdoor Swing / Dumb Luck CharmBenny Profane est un groupe fantôme. Ses quatre membres écumèrent les salles anglaises et européennes dans la seconde moitié des années 1980. Ils furent les chouchous de John Peel, qui diffusa inlassablement "Rob a Bank" sur la BBC et passèrent dans l'émission du mythique Tony Wilson, sur Granada TV. Ils côtoyèrent Echo & the Bunnymen, les Woodentops, The La's, The Mighty Lemon Drops et My Bloody Valentine. Ian Broudie produisit leur single "Skateboard to Oblivion" et The Fall les accueillit en première partie sur la tournée Kurious Oranj. Bref, de 1985 à 1990, Benny Profane était un groupe dans le coup. Qui s'en souvient aujourd'hui ? A peu près personne. C'est donc à une fausse redécouverte que nous invite ce CD, qui rassemble les deux seuls albums enregistrés par Dave Jackson et sa bande.
A vrai dire, la trajectoire de météorite du groupe n'étonne pas trop à l'écoute de ces 22 titres. En dépit d'un indéniable savoir-faire, Benny Profane peine à donner de l'élan, de la hauteur et du souffle à ses chansons. Son pub rock élevé aux sons américains (swamp blues sur "Pink Snow", Hammond psychédélique sur "Rob a Bank", harmonica bluesy presque New Orleans sur "Maureen") manque à la fois d'accroche et de personnalité. Benny Profane a le cul entre deux chaises. Sa nature anglaise, qui le pousse à trousser des mélodies légères et carillonnantes (Aztec Camera et Echo & The Bunnymen ne sont pas loin), est contrariée par son amour du rock lourd et terrien du Nouveau Continent. Résultat : des guitares aigrelettes qui jouent du rock gros bras, mélange indéfini de blues grass, de pub rock et de rockabilly. Non, Benny Profane n'a pas su trancher.
Après le split du groupe en 1990, Dave Jackson (le chanteur) et Becky Stringer (bassiste) fondèrent divers groupes, dont les Dead Cowboys sont la dernière mouture.
De ce parcours méandreux, il reste à Dave Jackson une certaine amertume teintée d'humour, à en lire le livret intérieur qui retrace les cinq années d'existence de son groupe. "Nous n'avons pas pris le bon train. Nous n'étions ni dance indie, ni grunge" comme les Happy Mondays ou Inspiral Carpets avec qui ils partageaient l'affiche. "Grâce à l'explosion Madchester, les pantalons étaient de plus en plus larges et les gens s'appelaient "man" sans ironie du tout". Nous sommes en 2006 et la mode est aux pantalons cigarette. Dieu sait ce que Dave Jackson en pense...

V

Trapdoor Swing :
Man on the Sauce
Skateboard to Oblivion
Pink Snow
Quickdraw McGraw Meets Deadeye Dick
A Handful of Nothing
Rob a Bank, Tear the Web
Wall to Wall, Stitch That
Here Comes the Floor

Dumb Luck Charm :
Time Bomb
Hey Waste of Space
Maureen, Beam Me Up
Devil Laughing
Walk Away Macbeth
Ghoul Friend
Perfect Girl
SHC
Everything
Vain Profane
Credulous as Hell.

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews