Benjamin Biolay - Trash Yéyé

08/10/2007, par Judicaël Dacosta | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BENJAMIN BIOLAY - Trash Yéyé
(Virgin) [site] - acheter ce disque

BENJAMIN BIOLAY - Trash YéyéL'échec commercial du précédent album "A l'origine" a laissé des traces, de la tristesse et du doute. Cinquante sept titres enregistrés pour réussir à en extraire un nouvel album, cela fait en effet beaucoup de trash. Seulement, à l'écoute du résultat on ne peut qu'apprécier le doute et se laisser envahir. Les doux arpèges de "Bien avant" ouvrent l'album et d'emblée l'écoute se fait plus intense. La beauté des textes nous plonge dans un monde pris dans l'étau des sentiments les plus extrêmes. C'est ainsi qu'on y découvre l'une des caractéristiques de l'écriture de Benjamin Biolay. Finalement, jamais complètement tristes ni jamais complètement joyeuses, ses chansons nous offrent une porte de passage vers une nouvelle humeur, en douceur, sans que cela ne nous coûte. Sorte de remèdes à toutes les crises, on ne peut plus humaines, que la vie nous réserve. Ce "Trash Yéyé" le voit alterner les rôles. Il se fait Gainsbarre, pour sermonner son amoureuse "Dans la Merco Benz" et fait l'apologie de la nostalgie avec grâce sur le morceau "De beaux souvenirs". Son secret se dessine dans "La Garçonnière", car on y ressent l'influence musicale d'Ambrosia Parsley (Shivaree), celle à qui l'on doit la renaissance de Biolay. En effet, elle l'invita à participer à des sessions d'enregistrements, alors qu'il cherchait une nouvelle direction pour l'album (ayant décidé de sortir un album comme ses premières démos, en jouant tous les instruments, il abandonna l'idée en apprenant que Paul McCartney venait de le faire sur son nouvel album "Memory Almost Full"). La première session se déroula à Paris, et la seconde, à Woodstock dans l'état de New York, comme il le chante dans un titre caché, manière de rendre hommage à cette ville et ces paysages qui lui redonnèrent confiance et envie. C'est en empruntant la guitare d'Ambrosia qu'il se remit à composer en observant Woodstock, les yeux pleins de notes, en pensant sûrement à McCartney, qui a aussi son rôle à jouer dans la direction qu'a prise ce nouvel album.

Judicaël Dacosta

Bien avant
Douloureux dedans
Regarder la lumière
Dans ta bouche
Dans la Merco Benz
La garçonnière
La chambre d'amis
Qu'est-ce que ça peut faire
Cactus concerto
Rendez-vous qui sait
Laisse aboyer les chiens
De beaux souvenirs



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals