Baxter Dury - Paris, Le Point Éphémère, 8/10/2009

15/10/2009, par Christophe Despaux | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BAXTER DURY - Paris, Le Point Éphémère, 8/10/2009

C'est à Any Version of Me que revient la tâche (ingrate) d'ouvrir cette première soirée organisée par Magic sous le nom de BimBamBoom. Devant un public peu fourni mais attentif, le garçon qui se cache derrière ce nom, Guillaume Lépine, ici en version "tout seul avec une guitare acoustique", déroule ses compositions d'une facture pop classique très Beatles et le moins qu'on puisse dire est que l'absence d'arrangements n'aide pas ici à en percevoir immédiatement la singularité. A écouter en version "tout seul avec des instruments un peu plus variés", donc, par exemple sur MySpace.

Telekinesis! est un trio de Seattle dont la principale particularité tient en son batteur/chanteur au centre de la scène. Rien d'original dans cette power-pop pêchue mais une séduction assez immédiate qui donne envie de taper du pied. Un intermède acoustique permet de vérifier une conjecture : Michael Lerner a une voix légèrement fêlée à la Alex Chilton. Ravi d'être à Paris, il remercie les maîtres de céans en s'inquiétant de l'illumination de notre parisienne Tour Eiffel. Sur "Coast of Carolina", il rejoint sa batterie après l'intro à la guitare et confirme que l'électricité sied mieux au teint de Telekinesis! Plaisant, et dans les meilleurs moments chouette.

Baxter Dury

On raconte au bar que Baxter Dury est terrifié par ce concert, le premier après un arrêt de 3 années plus ou moins forcé (groupe explosé, excès divers). Et c'est vrai que le set se met lentement en place. Veste sombre sur tee-shirt gris, le fils de Ian palabre pas mal entre les morceaux et, comme Goethe, demande plus de lumière (sinon que lui, c'est pour s'accorder). On regrette d'abord que sa clavier-choriste "pastellise" certaines parties de chant, mais très vite, on fond devant la qualité des nouveaux morceaux : 5 joués en tout dont le formidable "Clare" qui ne déparerait pas sur "VU". Une version étirée de son classique, "Cocaine Man" permet de le vérifier : Baxter Dury est aujourd'hui le meilleur héritier de Lou Reed. Nous, on n'en doutait guère depuis "Len Parrott's Memorial Lift" et "Floorshow", ses deux albums carrément obsédants. A un public plus conséquent d'en faire maintenant l'expérience. Peut-être (rêvons) à l'occasion de son prochain disque qu'il annonce l'air de rien pour janvier. Et c'est très détendu qu'il termine en rappel sur un inédit à la douceur un peu bancale dont les dernières lignes : "Noone ever told us we're gonna be left alone.", résonneront toute la nuit dans nos têtes.

Christophe Despaux et Guillaume Sautereau
Photo par Guillaume Sautereau

PS : naïfs que nous sommes, nous rallions une after dans un bar semi-branchouille plein de beautiful people (ou soi-disant) "in love with themselves" comme Baxter le chantait sur "Francesca's Party". On le croise tout soulagé d'avoir passé le cap du concert et encore plus heureux de la réaction de la salle. Il nous annonce sa venue dans un lieu moins cosy pour décembre et devient sibyllin sur la sortie de son nouveau disque. Qu'importe ! Baxter Dury est de retour et c'est bon !

A lire également, sur Baxter Dury :
l'interview (2005)
la chronique de "Floorshow" (2005)
la chronique de "Len Parrot's Memorial Lift " (2002)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals