Bachar Mar-Khalifé, Chassol, en concert au Rocher Palmer le 07/11

14/11/2013, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Le bel écrin qu’est la salle 650 du Rocher Palmer sonne assez creux quand j’y pénètre. Direction donc le troisième rang, dans une atmosphère feutrée.

Bachar Mar-Khalifé

Bachar Mar-Khalifé, que j’adore, arrive sur scène sans un mot. Toujours installé devant son piano, et encerclé de machines, il prend son temps, parle peu, mais lâche des premières notes qui ont tôt fait de poser l’ambiance, entre un recueillement qui prend aux tripes et un côté vibrant, qui jaillit parfois au détour de notes de piano qui s’accélèrent, du chant (une fois de plus magnifique) qui a des airs de supplique, de nappes de clavier. Lorsque le set est fini, que l’artiste nous salue, je constate que le temps s’était comme arrêté. 40 minutes, lumières : c’était beau…

Chassol

La demi-heure qui suit est réservée à l'arrivée de Chassol, l’installation de l’écran géant où est projeté “Indiamore”, et celle de son batteur, Jamire Williams. Il faut noter la prestation de ce musicien, absolument brillant, qui a éclairé tout le concert de sa classe, de ses changements de rythme, de sa finesse. Et à ses côtés, il y avait Chassol, son piano et le film. Trio magique, inspiré, qui a fait rêver tous les spectateurs, moi le premier. On a senti le pouls de l’Inde, de sa musique, et c’était beau. Toujours surprenant et généreux, chaque morceau entraîne un peu plus loin, au gré des changements que lui impose le Français, tout sourire, qui n’a de cesse de regarder l’écran, comme un enfant qui redécouvre, encore et encore, cette magnifique matière. De son doigté, Chassol la modèle, s’en amuse tout en la traitant avec beaucoup de respect. C’est ce qui se dégage du musicien, quand il intervient : lucidité et admiration pour toutes ces personnes croisées au fil des images, et qui sont les réels héros de ce concert pas comme les autres. Le voyage dure, on ferme les yeux, et l’on est loin, Chassol et Jamire mènent la barque, on accoste et c’est fini : le sourire est de mise, car l’Inde et sa musique n’ont jamais été aussi proches. Que dire, si ce n’est que ce fut un moment inoubliable de plaisir partagé que nous a offert Chassol.

Chassol

Merci à Virginie et Aurélie. Photos : sowat

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews