Arnaud Le Gouëfflec et l'Orchestre préhistorique - A Dreuze

09/06/2008, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ARNAUD LE GOUËFFLEC ET L'ORCHESTRE PRÉHISTORIQUE - A Dreuze
(L'Eglise de la petite folie / Last Exit Records) [site] - acheter ce disque

ARNAUD LE GOUËFFLEC ET L'ORCHESTRE PRÉHISTORIQUE - A DreuzeComme son nom le suggère, Arnaud Le Gouëfflec est breton ; après avoir emmené le groupe Le Petit Fossoyeur, et sorti des albums solo, le Brestois déglingué se fait accompagner cette fois d'un Orchestre Préhistorique, en fait un simple trio rock avec des instruments parfois bizarres comme des boîtes à Meuh.
Mais ce qui est bien avec Arnaud Le Gouëfflec, c'est que ses titres facilitent le travail du chroniqueur. Prenons le nom de l'album, tiens : aller à Dreuze veut dire "aller de travers" ; c'est le moins qu'on puisse dire de cet album tout bordélique ; pour ce qui est des influences, facile : "Tête de clou" et "Le merveilleux chou chantant" vous mettent facilement sur la voie de Trénet, et près de la voix de Gainsbourg, dont on reconnaît les intonations, et la sur-articulation en fin de phrasé - un peu trop pour être honnête. Et puis, "J'ai abusé du vol astral" et "Perdu pour la science" vous donneront quelques indications sur l'idée que Le Gouëfflec se fait de son propre cas. Bref, quelques clins d'œil appuyés pour montrer à l'auditeur dans quel type d'album il se risque : ce sera forcément décalé, préparez-vous à un OVNI. Pourquoi pas. D'ailleurs, ça commence comme du Flying Saucer Attack avec un chant en français : génial décollage que ce "J'ai abusé du vol astral", huit minutes planantes et psychédéliques qui constituent indéniablement la meilleure pièce de l'album. C'est pourtant là que le bât blesse ; commencer par le meilleur, et enchaîner, deux titres plus loin, par un "Poupée" enfantin à la Lili Cube, pas terrible (mais peut-être le groupe a-t-il cru au tube-surprise). Pour le reste, l'album nous balade d'un groove sixties efficace ("Poupées russes") à du psychédélisme plus ou moins obscur, et souvent poussif. Le premier versant, nettement moins expérimental, est aussi meilleur.
On ne se risquera pas à demander à Le Gouëfflec pourquoi tout est aussi en vrac sur "A Dreuze". Il s'en fout certainement, et c'est cela qui est sympathique ici. Mais dans le genre rock indé complètement décomplexé, on peut tout de même préférer le "Mistigri Torture" de Mickey 3D, aussi foisonnant, mais moins anecdotique.


David Dufeu
J'ai abusé du vol astral
Faust
Poupée
Fantômas
Perdu pour la science
Joufflu
Entracte
Tête de clou
Poupées russes
A Dreuze
Dans le delta obscur du beau Danube bleu
Les Enseignements de Ramakrishna
Le merveilleux chou chantant
Tourniquet

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals