Anna Ternheim - Leaving on a Mayday

13/03/2009, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ANNA TERNHEIM - Leaving On A Mayday
(Universal) [site] - acheter ce disque

ANNA TERNHEIM - Leaving On A MaydayDans la famille des sirènes scandinaves (El Perro del Mar, Stina Nordenstam, Frida Hyvönen...), Anna Ternheim est celle qui s'en sort le plus avec les honneurs. Trois albums et déjà plusieurs récompenses musicales, une signature sur le paquebot Universal et un succès établi. La formule a tout pour séduire : une base popfolk trempée dans un bain de rock, des arrangements amples et un chant assuré capables de lui assurer une large adhésion. "Leaving on a Mayday" confirme le talent de l'artiste qui s'est adjoint les services du batteur Steve Shelley (Sonic Youth) et les bons soins du producteur Björn Yttling (Peter, Bjorn & John). Une production ouatée d'un bout à l'autre, tempérée même, qui a le défaut de ses qualités puisqu'elle gomme les aspérités et arrondit les angles.

Pourtant, à bien y regarder, voici un disque bipolaire qui laisse sourdre les humeurs contraires de son auteur : des chansons parfois graves soulignées à grands renforts de basse-pilon, de tambours martiaux et claviers caverneux ("Let it Rain", "What Have I Done") et d'autres, plus légères, qui convoquent cordes virevoltantes, guitares enjouées et harmonies vocales ("Losing You", "No I Don't Remember"). Sous la blondeur angélique, le front d'Anna heureusement se plisse et laisse passer des ombres sans jamais se défaire d'un sens de la mélodie ample. Et puis il y a ces textes qui racontent des histoires et cette façon de chanter comme s'il s'agissait à chaque fois d'interpréter un standard avec ce mélange de swing subtile et de volupté triste ("Terrified ", "Summer Rain","Black Sunday Afternoon").

Anna Ternheim déserte la marge indie pour une pop plus proche d'une variété élégante qui se rêve en réincarnation de Nina Simone ou Carole King. On pourra toujours lui préférer l'univers pittoresque de ses copines de promo, mais il serait injuste de critiquer du travail bien fait et, au final, une artiste en pleine confiance !

Luc Taramini


A lire également, sur Anna Ternheim :
l'interview (2007)

What Have I Done
Damaged Ones
Terrified
Let It Rain
My Heart Still Beats For You
No, I Don't Remember
Summer Rain
Losing You
Off the Road
Black Sunday Afternoon


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals