Amélie - Dina Dinah

09/07/2009, par Judicaël Dacosta | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AMÉLIE - Dina Dinah
(MVS / Anticraft) [site] - acheter ce disque

AMÉLIE - Dina DinahC'est au côté d'un membre de Calc, et cela comme un service qu'il lui devait, qu'Amélie a appris les bases de la guitare. Déjà consciente de la particularité de sa voix, elle est désormais armée d'un instrument pour s'accompagner et va pouvoir s'atteler à la composition de quelques morceaux. C'est ainsi que naît le premier EP "From the Burning Tree to the Monster Mountain", avec dans le titre de celui-ci l'ébauche d'un univers, entre l'enfance, les contes et les personnages mythiques. Amélie pose sa voix sur quelques douceurs et progresse doucement vers de nouveaux horizons. Accompagnée de musiciens de passage, elle prend la route du premier album "The Real Nature of the Fantastic Ice Cream Car", dans lequel on découvre une instrumentation digne d'un orchestre de Peter Pan, avec entre autre Toy Piano, auto-harpe et glockenspiel. Le disque est salué par de belles chroniques et des médias nationaux et lui ouvre naturellement les portes d'un deuxième album.

"Dina Dinah" reprend le flambeau avec un petit clin d'œil à "Alice au Pays des Merveilles", Dinah étant le nom de son chat. On y retrouve avec plaisir les douces mélodies d'Amélie, entre mélancolie et bonheurs avoués ("Kids", "Sweet Protection"). L'auto-harpe prenant du galon est plus présente que par le passé et les rythmiques s'accentuent volontiers pour ouvrir grand l'espace aux danseurs invétérés ("Someday We'll Turn to Dust"). Ayant plus d'un tour dans son sac, elle invite balafons sur "Horses" et ukulélé sur "Big Wolf" tandis que la guitare électrique donne un petit côté pop rafraîchissant à "Torero of the Speech", chanson qui vient rompre au bon moment une certaine monotonie de style. Malgré tout, Amélie démontre toute son inventivité et pose une nouvelle pierre à un édifice folk français qui s'élève vite, mais dont elle reste assurément la plus originale et intéressante, loin devant les Cocoon ou Herman Düne (pour leur dernière production).

 

Judicaël

 

Sweet Protection
Someday We'll Turn to Dust
Underlake
Big Wolf
Horses
Refugees From the Past
Kids
Torero of the Speech
Where Is the Beauty?
The Bright Sound of Crystal Bones

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews