Albums - The Broken Family Band, Preston School Of Industry, Mygük

05/05/2004, par Pimousse | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Pimousse

THE BROKEN FAMILY BAND - Jesus SongsTHE BROKEN FAMILY BAND - Jesus Songs
(Track and Field / Import) [site]

Compagnon de tournée et de label de Herman Düne... mini-album (ou maxi-single ?) enregistré chez les Magoo… nouvelle coqueluche de John Peel… il me tardait de découvrir cette famille déconstruite qui se présente pourtant ici en rang serré. Sorte de Bonnie 'Prince' Billy pressé d'en découdre avec le folk (un tronc), la country (une branche) et la pop (un brin), très proche en cela de Wilco ou The Mountain Goats, The Broken Family Band amène du rythme à un genre qui a bien trop souvent tendance à s'écouter avancer. Et en moins de vingt-six minutes et sept titres, dont une reprise ("The King Of Carrot Flowers Parts Two & Three" de Neutral Milk Hotel), "Jesus Songs" convinc sans aucune difficulté du talent de ses auteurs. Tout y est admirablement calibré et vivace à la fois. Avec une mention particulière à "Mother O'Jesus" que l'on pourrait croire sortie du cerveau d'un Daniel Johnston sain d'esprit et un accessit aux trois parties qui composent "Walking Back To Jesus", belle réussite de brassage des genres, entre racines et modernité, aplomb et modestie.

PRESTON SCHOOL OF INDUSTRY - MonsoonPRESTON SCHOOL OF INDUSTRY - Monsoon
(Domino/PIAS)

Spiral Stairs, alias Scott Kannberg, ancien guitariste et co-fondateur de Pavement, nous revient près de trois ans après un "All This Sounds Gas", premier essai en solitaire plutôt réussi. Et force est de constater que le sieur tient bien mieux la marée que son ex-acolyte Steven Malkmus. Très proche de l'écriture d'un Grant McLennan, de Mark E. Smith, de Chris Bell ou encore de Dean Wareham, "Monsoon" fait partie de ces albums biens sous tous rapports. Pas de révolution, genre "sous le Pavement la plage !". Dans cette école de prestige, on fait bien ce que l'on sait bien faire. On façonne des ritournelles pop-indé sans prétention mais avec une dextérité indéniable. Et les profs sont suffisamment intéressants pour que l'on ne cherche pas à sécher les cours ou à faire le mur. C'est ainsi que "Monsoon" commence comme du Luna sur "The Furnace Sun" et "Walk Of A Gurl", s'abreuve de The Fall sur "Line It Up" et "Escalation Breeds Escalation", s'habille chez les Go-Betweens avec "Caught In The Rain" et "So Many Ways", resquille les Papas Fritas avec "Her Estuary Twang" et "If The Straits Of Magellan Should Ever Run Dry" et clôture sur un "Tone It Down" digne de Big Star. À la Preston School Of Industry, on n'apprend pas ses leçons, on les donne !

MYGÜK - À Un Fil…MYGÜK - À Un Fil…
(Autoproduit) [site]

Mygük doit vouloir dire volte-face en islandais, ou gémeaux en lituanien, voire recto verso en basque (le quatuor vient de Pau) tant ce groupe se présente sous deux visages au long des dix titres qui composent cet opus. Un premier, pâle et blafard dès qu'il s'orne de la voix de Stéphane Lechit, nous ramenant alors côté ambiance vers une sorte de cold-wave, avec un petit quelque chose de l'esprit Dead Can Dance ou Fields Of Nephilim (le morbide en moins), pour ce dont je me souviens d'une vague qui m'a toujours laissé de glace. Un second, buriné et sec, dès qu'il reste dans sa phase purement instrumentale, comme frais émoulu de l'école Godspeed Your Black Emperor sur les bancs de laquelle on ne compte plus les apprentis sorciers. Les morceaux alternent alors, soit repus d'esthétisme, soit déficient de personnalité. Et finalement, l'album devient plus intéressant sur sa fin, lorsque le masque se referme pour ne former plus qu'un seul maquillage, éthéré mais brut.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews