Albums - Spéciale Popchild : Chris Starling, Dean Manning

05/11/2003, par Fred Tuc | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Fred

SPECIALE POPCHILD
(www.popchild.com)

Depuis déjà quelques années, une petite bande de joyeux lurons, regroupés sous le nom faussement naïf de Popchild, s'active pour faire vivre un webzine sur la musique. La nouveauté depuis quelques mois, c'est l'aventure qu'ils tentent sous le même nom en temps qu'éditeur. Intéressons nous d'un peu plus près à ce jeune label basé à Barcelone à travers deux de ses signatures.

CHRIS STARLING - Sounds Like Chris StarlingCHRIS STARLING - Sounds Like Chris Starling

Chris Starling, cela ne fait aucun doute, sonne comme Chris Starling et ce tout au long de cet album sans accroc. Deux éléments président à ce disque : la voix du monsieur et sa guitare, le plus souvent acoustique. La voix de Chris, légère et entourée d'un permanent halo brumeux lui donnant l'air de flotter, ne dérangera personne.
Après une entame quelque peu plate, le disque commence à devenir réellement intéressant avec "Lost And Found", proche de Cardinal. Cette bonne impression se confirme avec l'obsessif "Rawhide Baby" où quelques arrangements électroniques viennent se glisser, non sans un certain vice. Pour le reste, les amateurs de pop un peu planante et aux atours parfois assez champêtres devraient se faire plaisir. Pour ma part, je n'écouterai pas tous les jours Chris Starling, dont le rythme des compositions assoupit quelque peu trop mon attention. Il n'en demeure pas moins que l'album de cet homme a l'avantage d'un classicisme assumé ne souffrant pas de faute de goût et bénéficiant même d'arrangements aux claviers plutôt bien vus.

DEAN MANNING - DiplomaticDEAN MANNING - Diplomatic

A l'instar de son compagnon de label, Dean Manning a opté - a-t-il réellement eu le choix ? - pour une voix et, surtout, une manière de chanter toute en douceur. Mais arrêtons d'entrée cette comparaison inutile. La pop relativement enlevée mais jamais brutale de Dean Manning m'évoque tour à tour les vapeurs de Richard Davies ("My Street Is Steep"), de Teenage Fanclub ("How Love Came Into The World") et du Chappaquiddick Skyline de Joe Pernice ("Rachel Let's Go Of The Handle Bars").
Bénéficiant de compositions variées aussi bien dans les orchestrations que dans le rythme, "Diplomatic" ne pâtit que de peu de moments faibles. On y rencontre au contraire quelques jolis sommets, tel le délicat "Coming Back For My Wings" et ses somptueux violoncelles, ou encore "Rear View Mirror" et ses guitares libérant une énergie décomplexée.
Réussi de bout en bout (ne chipotons pas), "Diplomatic" est un disque qui n'a aucune raison de ne pas fonctionner. A part peut-être l'absence de tube...

Avec des signatures de qualité, comme celles évoquées ci-dessus, nous ne pouvons que souhaiter une longue vie à Popchild !

Fred

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals