Albums - The Comas - The Stone Roses - Airbag

14/02/2001, par Gildas, Etienne Sautereau et Guillaume Sautereau | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE COMAS - A Def Needle In TomorrowTHE COMAS - A Def Needle In Tomorrow
(Yep Roc)

Fans de Low, Si vous n'avez pas déjà craqué sur "a wave to make friends ", le premier album de the Comas, Il est impossible que vous résistiez aux assauts (forcement répétés) de leur second opus "a def needle in tomorrow".
Produit par Brian Paulson (Wilco, Slint, Superchunk, Son Volt etc..), cet album est un sommet en matière de musique somnambule. A deux à l'heure, la tête dans les nuages, the Comas évoluent dans un ciel étoilé dans lequel leurs chansons comètes passent au ralenti. Parfois un peu psychédélique (on frôle les rythmes cotonneux de Damon & Naomi), l'habillement des mélodies de the Comas est plus riche, plus détaillé. Et puis il y a ces voix, l'une masculine l'autre féminine, qui s'enchaînent et s'enchevêtrent lentement autour des instrument pour finir par former un filet de sons inextricables comme un duvet jeté sur un lit moelleux. Parfait pour se tenir chaud pendant les soirées d'hiver.
(Gildas)

PS : la version US de l'album contient une partie multimédia présentant un court métrage réalisé par un des musiciens.

THE STONE ROSES - The RemixesTHE STONE ROSES - The Remixes
(Silvertone / Zomba)
Le cadavre des Stone Roses est bien froid maintenant, plus grand chose à en tirer (épargnez nous l'album live, merci). Bon. Tant mieux. Donc un album de remix, qu'est-ce que ça peut donner ? et bien, forcément, il y a à boire et à manger. A Guy Called Gerald ne bouleverse rien à "Fools Gold", dont le groove incandescent n'a de toute façon pas pris une ride. 808 State tente de combiner un pilonnage technoïde en règle au refrain gros comme ça de "Made of Stone", bon, pourquoi pas. "Waterfall" par Paul Oakenfold et Steve Osbourne, ça ressemble quand même beaucoup à l'original... Rabbit in the Moon passe à côté du colossal "I wanna be adored" tandis que Jon Carter ne va pas au bout de ses idées et laisse un "I am the resurrection" au milieu du chemin qui séparait le brûlot sixties originel du morceau de house hallucinant à la Stardust qu'on pressentait dès l'intro du remix. Dommage. Et puis Kinobe envoie finalement "Elzabeth My Dear" dans l'espace entre reggae martien et descente d'acide floydienne. Ca devient marrant. Et puis Mint Royale envoie Ian Brown faire de l'intérim chez Mike Flowers Pop sur un remix d'Elephant Stone qui évoque un peu celui qu'avait fait Sean O'Hagan de "Find the answer within" des Boo Radleys. Bref, rien que pour ces deux ultimes coups tordus, ça valait le coup de le déterrer, ce cadavre. (Guillaume)


AIRBAG - Elephant StripteaseAIRBAG - Elephant Striptease
(autoproduction)
En guise de contribution à la campagne de prévention menée par le Ministère des Transports, les lyonnais d'Airbag nous offrent "Elephant striptease", un premier album de pop aigre-douce qui lorgne vers l'autre côté de la Manche sans honte. Morceaux énervés -qui, soit dit en passant doivent produire une jolie ambiance en concert- et compositions plus reposantes alternent sur cet album marqué par les influences des membres du groupe : Radiohead, Jeff Buckley, Ash, Muse... Les lyonnais s'en tirent cependant plutôt bien et se fraient un honnête bout de chemin, évitant habilement les platanes. Alors pourquoi pas bientôt, Airbag en série ? (Etienne)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals