Lloyd Cole

on 7/3/11 | permalien | Retour à la fiche artiste

Bilan 2013 - Vétérans et revenants (06/01/2014)
Petit tour d'horizon de ceux que l'on avait perdus de vue, et que l'on est contents de retrouver, mais aussi de ceux qui ont toujours été là pour notre plus grand plaisir.
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Interview (06/11/2013)
Quelques mois après la sortie de l'excellent "Standards”, retour à la vigueur électrique après une longue parenthèse à dominante folk, nouvelle rencontre avec Lloyd Cole, gentleman chanteur à la cinquantaine épanouie.
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Standards (31/08/2013)
Le retour émouvant d'un songwriter d'exception, qui rappelle quelques uns de ses sommets des années 80.  
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole, le Rocher de Palmer, Cenon - jeudi 31 mars 2011 (04/04/2011)
Pour clore le mois de mars, rendez-vous était pris du côté de la salle du Rocher de Palmer à Cenon, juste à côté de Bordeaux. Le public, finalement plutôt nombreux, s'installe dans les sièges rouges pour attendre Lloyd Cole, l'Ecossais se déplaçant avec son groupe le Small Ensemble, et avec un disque sorti l'an passé, "Broken Record", très estimable et qui voyait l'artiste rompre son isolement ...
lire l'intégralité de l'article
Camera Obscura en pleine lumière (17/04/2009)
Des filles à mèche engoncées dans des robes improbables... Des garçons au crâne dégarni, qu'on verrait bien vendre des assurances... Un accent à couper à la hache... Les sept Ecossais de Camera Obscura n'ont à peu près rien pour eux. Rien, à part des chansons pour lesquelles des songwriters moins doués vendraient sans doute père, mère...
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Interview (25/03/2009)
Troisième rencontre avec Lloyd Cole pour POPnews, quelques heures avant un très beau et chaleureux concert en solo acoustique à l'Européen, à deux pas de la place de Clichy, prolongé par une longue séance de dédicaces dans le hall. Ce fut l'occasion de parler d'un nouveau coffret sorti ces jours-ci par le label allemand Tapete (distribué en France par Differ-ant), "Cleaning Out the Ashtrays", r...
lire l'intégralité de l'article
Cannes en sons (1) : no rehab, thanks (29/05/2007)
J'ai dansé, à moitié torché à la vodka-canneberge, à quelques mètres de Catherine Deneuve sur "Last Night" des Strokes. Puis j'ai dansé à quelques mètres d'Elli Medeiros sur "Where Is My Mind ?" des Pixies - scène digne d'un vieux film d'Assayas. Puis j'ai dansé sur "Lost Weekend" de Lloyd Cole and the Commotions... (Merci à Anthony...
lire l'intégralité de l'article
Votez Collette ! (18/04/2007)
Il est toujours préférable d'arriver tôt aux concerts. Cela permet : 1) d'avoir de bonnes places (surtout quand celles-ci sont assises) ; 2) d'assister à la première partie, ce qui est parfois l'occasion de belles découvertes. Ce fut le cas lundi dernier à la Cigale, où Ned Collette ouvrait pour Joanna Newsom - qui, à moitié cachée...
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Antidepressant (20/10/2006)
C'est peut-être une histoire de génération mais je dois avouer ne pas être un fan inconditionnel de Lloyd Cole ; ses succès des années 80 me semblent, somme toute, d'une facture assez classique et si le personnage n'avait pas une dimension de sex-symbol – et un solide sens de l'humour "british" - on peut se demander s'il aurait connu un tel succès.
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Interview (11/10/2006)
Notre précédente rencontre avec Lloyd Cole remonte à plus de trois ans, à l'époque de son avant-dernier album, le délicat et très dépouillé "Music in a Foreign Language". De passage à Paris pour "Antidepressant", un nouveau disque qui reprend la formule acoustique du précédent en y ajoutant un peu de rythme et de couleur, l'ancien chanteur des Commotions n'a pas beaucoup changé, à part quelques...
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Interview (06/08/2003)
Profitant de son passage à Paris il y a quelques semaines, on a eu envie de poser quelques questions à Lloyd Cole. Une rencontre avec un vrai gentleman, courtois et attentionné, qui – pour reprendre son compliment sur Nick Cave – "fait encore de la musique pour de bonnes raisons".
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - Music in a Foreign Language (16/07/2003)
Il ne vieillit pas si mal que ça, Lloyd Cole. Après le départ tonitruant de "Rattlesnakes", il avait pourtant alterné le bon et le moins bon, l'exil new-yorkais un peu présomptueux, la posture de poète maudit barbu limite pathétique, un albums mi-symphonique, mi-rock et presque totalement indigeste.
lire l'intégralité de l'article
Lloyd Cole - New Morning, 11 juin 2003 (18/06/2003)
Lloyd Cole aime les choses bien faites. Lorsqu'il entre sur la scène du New Morning, la chemise blanche soigneusement rentrée dans le pantalon noir, personne dans l'assistance ne s'attend à  ce qu'il la quitte (la scène, pas la chemise) trois chansons plus tard, désabusé et énervé. La raison d'un départ si soudain? Un simple branchement électrique défectueux.
lire l'intégralité de l'article
Pop Romantique: French Pop Classics (10/05/1999)
A la recherche de pop perdu : 'Y avait d'abord la capitale Washington, D.C., dessiné d'après la belle ville de Paris. Et puis on se rendait compte que le film Hollywood Point of No Return était une reprise de La Femme Nikita.
lire l'intégralité de l'article

  • Facebook
  • Twitter
Retour à la fiche artiste

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews

les artistes