Loading...
Disques

Shifting – It Was Good

Alors que “Ultra Mono”, troisième album de Idles, vient de sortir, attardons-nous aujourd’hui sur les Irlandais de Shifting, dont la musique, probablement moins taillée pour les pogos à Rock en Seine, dépasse par sa catharsis auditive le punk bon enfant du quintette de Bristol. Formé à Dublin depuis 2016, Shifting c’est Uncle Dad à la basse, un rouleau compresseur qui aplatit nos oreilles, The Soft à la guitare, des riffs qui vous arrachent les oreilles comme du papier de verre, et LewPain à la batterie, des breaks qui frappent comme du béton armé. Ça hurle beaucoup dans le micro, et on ne décolère jamais sur les dix titres de “It Was Good”.

Si vous écoutez ce disque de bon matin, il est possible que vous soyez un peu énervé au cours de votre journée. La faute à une basse véhémente et un larsen façon “sirène d’alarme” entendus en introduction de “Spudgasm”. La batterie avance avec pertes et fracas tandis que le chant irraisonné se donne des airs de post-punk aussi acéré que du fil de fer barbelé. Rien ne viendra nous sauver pendant ces trente-huit minutes de distorsion où on finira un genou à terre, les oreilles en sang, mais heureux d’avoir été confronté à de telles textures sonores en territoires hostiles.

Il nous faudra attendre encore un temps avant de pouvoir enfin voir ces trois natifs de Dublin dans une sombre salle de concerts. D’ici là, on s’amusera en écoutant cette musique au casque, sans pitié pour nos acouphènes qui se réveillent. Même si, d’écoute en écoute, ce disque récompense notre endurance en se révélant plus profond que de prime abord, en tutoyant la colère intransigeante d’un Shellac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *