Loading...
Disques

Hamilton Leithauser – Black Hours

Hamilton Leithauser - Black Hours

Ceux qui ont assisté à un concert des Walkmen savent quelle puissance le groupe pouvait dégager : guitares stridentes à vous vriller les oreilles, batterie sur ressorts et bien sûr, ce chanteur atypique, crooner j’m’en-foutiste qui envoyait balader les pieds de micro et mettait l’aiguille des VU-mètres dans un rouge permanent. Hamilton Leithauser revient donc en solo. Sur les albums de son groupe précédent, les débats faisaient rage : j’adore (toujours) « A Hundred Miles Off » quand d’autres ne jurent que par « You & Me » (qui me semble à moi un poil trop long et un rien trop sage).

Mais donc, l’ancien chanteur des Walkmen revient en solo avec cet album, « Black Hours ». Il a beau introduire de nouvelles dimensions dans sa musique, un peu d’exotisme (le beau reggae barré de « The Silent Orchestra », les « doo wop » old school de « I Retired »), des orchestrations un peu plus fastes (des cordes en particulier) ou au contraire plus dépouillées (« St Mary’s County »), pas grand-chose n’a changé : lorsque les mélodies sont là (comme sur le début de l’album ou sur « I Don’t Need Anyone » par exemple), l’énergie de Leithauser est aussi dévastatrice que lorsqu’il officiait au sein des Walkmen. Sur un mode plus mélancolique, les morceaux comme « Self Pity » (avec là également une petite touche de reggae) ou « Bless Your Heart » mettent dans le mille. Malheureusement quelques titres de « Black Hours » empêchent d’être tout à fait enthousiaste, comme « Alexandra », single pourtant vitaminé mais dont la mélodie est un peu terne et répétitive, ou ce « 11 O’Clock Friday Night » assez insipide également. Bref, ces « heures sombres », si elles ne sont pas tout à fait exemptes de défauts, permettent tout de même de passer quelques bons et lumineux quarts d’heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *