Loading...
Disques

Joan as Police Woman – The Deep Field

Joan as Police Woman - The Deep Field

C’est toujours confiant que j’aborde un nouvel album de Joan Wasser – en l’occurrence le troisième. Elle a en elle ce quelque chose qui parvient toujours à me surprendre, et donc à susciter l’intérêt ; « The Deep Field » ne déroge pas à la règle – bien au contraire, son approche profondément soul et l’originalité de ses arrangements le rendent particulièrement singulier ; c’est sans doute le plus décontracté et décomplexé, à ce jour.

À l’image de la jaquette, Joan s’ouvre au monde sans que la moindre contrainte semble pouvoir entacher le paysage (ceux qui auront devant les yeux la couverture limitée, uniquement disponible lors des concerts, souriront).

Comme de coutume, un soin tout particulier est apporté aux mélodies, servies impeccablement par des musiciens littéralement branchés à la Dame – c’est beau, c’est léger, bref, c’est plus que plaisant. Tandis que les choeurs, les cuivres et les claviers gospels gravitent intelligemment autour de la brunette, de grosses voix noires américaines lient la sauce et cadencent l’ensemble, submergé d’une soul empreinte du bon goût des années soixante ; l’album se déroule, tout en apesanteur, dans une cohérence implacable, et lorsque l’oreille se heurte à des faîtes telles que « Human Condition »  – formidable condensé de la science infusée dans ce « The Deep Field » – comment ne pas frissonner ? Oui, Joan tient là une recette fédératrice à mi-chemin entre l’indie et le mainstream qui devrait ravir tout autant les oreilles formatées, que les anticonformistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *