Loading...
Disques

Fang Island – Fang Island

FANG ISLAND – Fang Island
(Sargent House / Differ-Ant) [site] – acheter ce disque

FANG ISLAND - Fang IslandIl serait facile de prendre Fang Island pour un groupe un peu fainéant, puisant ses ressources en dilettante pour en faire un patchwork un peu pataud, pur produit de la hype à tendance guimauve, mais sans aucune personnalité. En les écoutant un peu, on voit bien vite que partir d’un tel postulat serait non seulement erroné, mais prétentieux. Malgré sa myriade de références, et un côté un peu irie faussement hédoniste, cette formation basée à Brooklyn cache en filigrane une impressionnante propension à tirer le meilleur parti de son héritage. Les cinq acolytes décloisonnent méticuleusement la power pop, le grunge, le punk rock et le math-rock à grands coups de refrains calibrés, qu’ils assènent l’air de rien, par une immédiateté et une justesse déroutantes. Le côté festif est assumé d’emblée par les feux d’artifice de "Dreams of Dreams", sorte de décollage vertical qui prépare doucement au reste de l’album, par ailleurs d’une cohérence sans faille. Que dire par exemple de "Daisy", chanson pop absolue, ou d’un "Life Coach", si ce n’est qu’ils sont si complémentaires que ça en devient presque évident ? Les arrangements sont toujours abrasifs mais soignés, qu’ils soient orientés synth-pop, ou finement déconstruits à la manière de Born Ruffians. On peut en dire autant de ces chœurs diaphanes, engoncés sous une chappe métal anachronique, suivie parfois de solos inattendus, comme étrangement importés des années quatre-vingt.

Si l’on en croit leur MySpace, le style se caractérise par "Everyone High-Fiving Everyone", que l’on pourrait traduire en français par un "Tope-là" universel. Touché, on se prend au jeu, et c’est là que réside toute la force de Fang Island, espèce de cri primaire humaniste à écouter d’une traite : une fois commencé, impossible de mettre en pause cette jolie beigne, claquée pour décrisper les tympans, menée habilement en montagnes russes endiablées dans les confins de la pop. On pourrait citer d’emblée Jay Reatard parmi leurs influences directes, mais il y a aussi un peu d’Animal Collective dans leurs atmosphères les plus planantes, une pincée de Sonic Youth, ou encore des Beach Boys pour les superpositions de voix, tous conviés à une fête multicolore où chacun y va de son jet de peinture qui tache. L’album n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’énergie explosive de Danananakroyd, autre groupe irlandais également versé dans les salves arc-en-ciel euphorisantes. En fait Fang Island, c’est le groupe qui redonne ses lettres de noblesse au disque, et prouve qu’il est encore possible d’en faire un objet intègre et nuancé, un peu innocent, mais doté d’une vraie fraîcheur. Du rock affranchi, en quelque sorte.

Julien Coquet

acheter ce disque

Dreams of Dreams
Careful Crossers
Daisy
Life Coach
Sideswiper
The Illinois
Treeton
Davey Crockett
Welcome Wagon
Dorian

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *