Loading...
Disques

Benoît Pioulard – Lasted

BENOÎT PIOULARD – Lasted
(Kranky) [site] – acheter ce disque

BENOÎT PIOULARD - LastedDes rêves ? : c’est en dormant que Thomas Meluch a eu la vision de son pseudonyme musical ; il sera Benoît Pioulard, sinon rien.
Des disques ? : Lasted est le troisième album de cet américain, le premier à parvenir jusqu’à nos oreilles finement ourlées et d’autant plus demandeuses que son label est Kranky – plus noisy-chic éthéré, nous ne voyons pas…
Une architecture ? : « Lasted » est construit sur le modèle de « Cryptograms », moitié ambient fuligineuse, moitié vocalises en sous-bois, du folk brumeux remplaçant la pop crispée et angoissante de Deerhunter. La dichotomie est peut-être moins frappante que chez le groupe de Bradford Cox, et il n’est pas rare que l’écho sifflant d’un drone ne se prolonge en fond sur une chanson habitée par le sieur Pioulard.
Des influences : massives comme le poids de 500 pounds tombant sur les Monty Python ; dès l’ouverture (« Purse Discusses », très réussie) « Lasted » tente de se placer dans la foulée d' »October Language », l’un des plus beaux disques de la décennie passée. Il récidive en fin avec l’ouragan de poche « Nod », décalque bonsaï de « The Door Opens the Other Way », le chef-d’œuvre de Belong, toujours sur ce premier album dont on attend le successeur avec une impatience qui nous fait ronger nos extrémités. Ceci explique cette visite chez Pioulard qui peut se poser comme l’honnête ersatz du duo néo-orléanais, de même qu’il singe assez bien Elliott Smith sur les morceaux chantés (« Sault » et « A Coin In the Tongue » surtout).
Des sons ? : pas vilain du tout, production stratifiée, blizzard domestique, flou vaporeux, guitares rêveuses à la Cocteau Twins ou prosaïques à la tout le monde.
Des mélodies ? : euh, en gestation malheureusement, et je crains fort que la procréation médicale assistée n’échoue de rien, ce petit flagelle qu’on appelle l’originalité et qui semble nager en sens inverse de Benoît P.
Un avis un peu personnel sur le disque ? : l’accent circonflexe du prénom est celui qu’on entend le mieux. Késako ? Bon, dans le genre anodin classy-branchouille, pas si mal que ça.

Christophe Despaux

acheter ce disque

Purse Discusses
Sault
RTO
Gloss
Tie
Shouting Distance
Fluoresce
Lasted
Weird Door
Ailleurs
Passenger
Tack & Tower
A Coin on the Tongue
Nod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *