Loading...
Disques

The French Semester – Open Letter to the Disappeared

THE FRENCH SEMESTER – Open Letter to the Disappeared
(Beyond Your Mind) [site]

THE FRENCH SEMESTER - Open Letter To The DisappearedThe French Semester est un groupe qui vient de Californie et, par une coïncidence bizarre, c’est lors d’un séjour à Los Angeles que j’ai reçu leur disque. Mais au lieu de l’écouter directement, je l’ai laissé traîner sur la table du salon et dans les étagères pendant six mois. Je préférais aller à la plage, regarder les surfeurs et me gaver de sushi, plutôt que d’écouter la musique du groupe angeleno. Après six mois au soleil, à l’heure du retour sous le ciel gris de l’Angleterre, "Open Letter to the Disappeared" est l’album que j’ai choisi comme bande-son de mon voyage. Alors c’est peut-être la nostalgie des plages ensoleillées, à moins que ce ne soit la légèreté des mélodies, qui me rappelle les vagues, mais toujours est-il que six mois plus tard, j’aime beaucoup l’album de The French Semester.

Riaz Tejani (qui a fait une partie de ses études à Paris, d’où le nom du groupe) et sa bande de potes réussissent à me faire penser à la Californie sans citer une seule fois les Beach Boys. Il faut dire que le lien entre le groupe et la côte Ouest des Etats-Unis est très ténu. Le groupe a beau être basé à Los Angeles, les membres viennent d’horizons très différents. La rythmique est tenue par un trio mexicano-vietnamien-anglais, et Riaz a tellement voyagé qu’il ne sait plus très bien d’où il vient. Le résultat de ce mélange est une musique que le groupe décrit comme étant du rock immigrant. Attention, The French Semester n’est pas Manu Chao. On reste ici dans le domaine de la power-pop de bon goût, avec guitares rythmiques classieuses soutenant des mélodies vocales attachantes et des choeurs pleins de "wouhouhou" charmants. Les fans de Grandaddy et des Posies vont être heureux même si, pour ma part, je les rapproche davantage de quelques chefs-d’oeuvres décomplexés sortis par les poulains de l’écurie Flying Nun comme les Bats, les Chills ou les Verlaines. De la bonne pop honnête, souriante et pas farouche. Un bon disque d’artisans, sans prétention mais fait avec amour, comme on les aime chez POPnews. Le fait qu’il me rappelle six mois passés au soleil les doigts de pieds en éventail est un bonus.

Gildas

The Blue Distance
Arrowheadings
Subway to the Sky
United Nations
Your Master Plan
The Day of the Barrel
Winter Song
Summer Face
The Red the Black and the Blue
A Singularity
Me and the Mockingbird
Paradise
Don’t Be a Magistrate
And the Moon Will Be Watching
How Do We Act

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *