Loading...
Disques

Colin MacIntyre – The Water

COLIN MACINTYRE – The Water
(Future Gods / Pinnacle) [site] – acheter ce disque

COLIN MACINTYRE - The WaterDans la vraie vie, Colin MacIntyre aurait sans doute été berger. L’été, il aurait fait visiter les châteaux de Mull, sa petite île des Hébrides, au large de l’Écosse, en roulant les "r" aux rares touristes qui se seraient risqués à prendre le ferry. Le dimanche, il aurait chanté dans la chorale de Tobermory, seule vraie bourgade de l’île. Le jeune Colin sait, pourtant, que les destins tracés d’avance n’existent que pour être déjoués. Sous le défilé monumental des nuages, il sent grandir en lui une ambition grandiose : transformer l’île de Mull en temple pop. De 2001 à 2004, sous le pseudonyme de Mull Historical Society, MacIntyre sortira trois albums de guitar pop merveilleusement mélodique et fantasque : "Loss", "Us" et "This is Hope", une trilogie magistrale alliant l’incandescence du Sergeant Pepper des Beatles au lyrisme brumeux de Robert Burns. Bien que Colin MacIntyre signe désormais ses disques de son vrai nom, le nouvel album "The Water" prolonge fidèlement les bases posées par "Loss". D’entrée de jeu, MacIntyre nous convie à l’euphorie des grands espaces, avec "You’re a Star", tube jubilatoire qui transforme les Highlands en montagnes russes. Si "Be My Saviour" poursuit avec un entêtant bol d’air frais matinal à faire rougir les joues, "The Water" et "I Can I Will", plus casaniers, présentent une facette plus sombre du chanteur, confirmée par "Famous for Being Famous" et "Stalker", sommets de l’album. MacIntyre y ose une pop plus énervée, entre le Blur des débuts et les tubes de Franz Ferdinand. Des chansons d’à peine trois minutes pour sauter dans tous les sens, et qui matérialisent, à elles seules, la densité et la tension du disque. "I Don’t Have You to Ask" et "I Have Been Burned", plus fragiles, dévoilent pleinement le talent du chanteur et semblent avoir été taillées sur mesure pour sa voix et sa personnalité de dandy, sans jamais pour autant tomber dans le jeu ou l’effet vocal. Sur "Pay Attention to the Human", Colin rentre à la maison, comme d’un tour du monde, et retrouve la chorale et les cloches de Tobermory chères à la Mull Historical Society. Une bouffée radicale d’espoir, qui se conclut en un tourbillon lyrique et politique. Un chef-d’oeuvre.

Christophe Patris
You’re a Star
Be My Saviour
The Water
I Can I Will
Famous for Being Famous
Camelot Revisited
I Don’t Have You to Ask
I Have Been Burned
Stalker
Future Gods and Past Kings
Faith No. 2
Pay Attention to the Human

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *