Loading...
Disques

Larrikin Love – The Freedom Spark

LARRIKIN LOVE – The Freedom Spark
(Rykodisc / Naïve) [site] – acheter ce disque

LARRIKIN LOVE - The Freedom SparkSi talentueux, si jeunes et déjà morts. Avant même la sortie de leur premier album "The Freedom Spark" en France, les Londoniens de Larrikin Love ont fait le choix de la séparation. D’ailleurs leur disque n’aurait pu être davantage à leur image, seulement trente-sept petites minutes d’une musique puissamment énergétique mélangeant toutes sortes d’influences. Mené par le chanteur Ed Larrikin, le quartet Larrikin Love formait un groupe sinon novateur, en tous les cas original. On n’a pas souvent eu l’occasion d’entendre une formation mélanger tant de genres avec brio. Entre rock déjanté, ska-punk, sonorités irlandaises (Ah, The Pogues !) mais aussi punk avec la très nette touche des Clash, Larrikin Love est du genre indécis, touche-à-tout. Capables de commencer par une intro digne d’un groupe de métal (The Spark), ils enchaînent sur un punk aux sonorités arabisantes puis repartent dans la foulée sur une pop aux accents tziganes, cette fois. On passe de l’envoûtante basse dub au violon languissant d’un vieux pub irlandais sans jamais sourciller. Il serait pourtant tentant de croire que cette sensation de flou, de difficulté voire de refus de choix puisse devenir lassante. La curiosité l’emporte au contraire, car le tout reste très homogène et cohérent même si un peu fouillis. C’est qu’ils ont des envies débordantes ces quatre-là. Envie d’ailleurs, besoin de connaître en profondeur, de se confronter à d’autres réalités, d’autres expériences, musicales bien entendu mais aussi humaines et ils ne s’en cachent nullement : "England has nothing more to offer me" proclament-ils dans Downing Street Kindling. Ces envies – partiellement réalisées – participent au fait que jamais leur musique n’apparaît opportuniste. On se laisse prendre au jeu des redécouvertes car les Larrikin Love réussissent à donner un nouveau souffle aux genres qu’ils explorent. Pourtant on reste quelque peu sur sa faim. L’album a beau être réussi, il n’est et ne restera qu’une ébauche d’un album plus abouti que Larrikin Love aurait pu enfanter.

Juliette

Spark
Six Queens
Ed Would
Downing Street Kindling
Happy as Annie
Meet Me by the Getaway Car
At the Feet of Ré
Well, Love Does Furnish a Life
Oh Sussex Downs
Burning Coast

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *