Loading...
Disques

Be Your Own Pet – Be Your Own Pet

BE YOUR OWN PET – Be Your Own Pet
(Beggars / Naïve) [site] – acheter ce disque

BE YOUR OWN PET - Be Your Own PetToujours la même histoire, tous les groupes se ressemblent. Et lorsqu’on touche à un genre aussi primitif que le punk, les ressemblances ont vite fait de devenir d’exactes similitudes. Partant de là, il s’en est fallu de peu pour que cette clique d’enfants agités – il semble qu’ils soient encore au lycée – ne passe à la trappe. Et pourtant, après le succès l’an dernier de l’impétueux single "Damn Damn Leash", la petite bande nous revient avec un album entier, quinze chansons sentant toujours aussi bon les garages du Tennessee ; une bonne flaque d’huile pour lubrifier le tout et c’est parti pour 35 minutes de bonheur où s’empilent avec plaisir riffs frénétiques – la plupart du temps deux accords aussi simples que terrifiants d’efficacité – et litres de sueur qu’on imagine dégouliner d’un pauvre bougre à cheval sur sa batterie de compèt’, lui assénant les pires coups à un rythme étourdissant. Ne manque plus qu’à ce tableau une voix : ce sera celle de Jemina Pearl dans le rôle de la riot girl déchaînée, déversant sa rage avec fureur sans jamais laisser de côté la séduction. D’accord, c’est du déjà vu. Mais 1) qu’est-ce qui ne l’est pas 2) rejeton d’une année 2006 déjà bien entamée qui file doucement sans vraiment régaler nos oreilles autant qu’on le souhaiterait – entre les Strokes qui n’ont pas encore bien assimilé la notion de retraite et les Arctic Monkeys, ô combien loin d’être aussi bons qu’on tente de nous le faire croire -, Be Your Own Pet font figure d’outsiders bien décidés à déballer leurs bordel là où on ne les attend pas 3) conscients des limites de la formule qu’ils utilisent, nos charmants bambins ont la décence de toujours s’arrêter là où le ridicule risque de pointer le bout de son nez. Ainsi, comme les Ramones ou Wire en leurs temps, ils optent pour un format coup de poing, expéditif, n’hésitant pas à ponctuer leur album de claques d’une minute, tel le single "Let’s Get Sandy (Big Problem)", chef de file d’une longue liste de hits en puissance ("Adventure", "Bog", "We Will Vacation, "You Can Be My Parasol" pour ne citer qu’eux) capables de faire sautiller les plus réticents lecteurs de Télérama. Quant aux paroles, même si l’intérêt du groupe réside principalement dans ces brutales décharges d’énergie faussement mélodiques, terriblement entêtantes, leur côté un peu décalé confère une touche d’humour à l’album, et même une certaine finesse, sans pour autant tomber dans le mauvais goût second degré.
Pari réussi donc, ce premier album est une bonne surprise et n’a pas fini de faire parler de lui, d’autant qu’avec une moyenne d’âge avoisinant tout juste les 18 ans, on peut s’attendre à ce que les années à venir ne soient pas tout à fait vides (musicalement du moins).

Kévin Le Gall

Thresher’s Flail
Bunk Trunk Skunk
Bicycle, Bicycle, You Are My Bicycle
Wildcat!
Adventure
Fuuuuun
Stairway to Heaven
Bog
Girls on TV
We Will Vacation, You Can Be My Parasol
Let’s Get Sandy (Big Problem)
October, First Account
Love Your Shotgun
Fill My Pill
Ouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *