Loading...
Disques

Fruit Bats – Mouthfuls

FRUIT BATS – Mouthfuls
(Subpop / Chronowax)

FRUIT BATS - MouthfulsSi les White Stripes débranchaient leurs guitares et écoutaient Nick Drake, ils ressembleraient sans doute aux Fruit Bats. Les Fruit Bats : un gars (Eric Johnson), une fille (Gillian Lisée). Une petite musique indolente, une pop suave qui donne immédiatement envie de se lover dans un hamac. Des arpèges qui s’égrènent sans heurt, des notes de piano printanières, une voix douce et familière (on l’a déjà entendue cent fois, cette voix-là, mais peu importe), des choeurs presque murmurés, des mélodies à la fois anodines et entêtantes… Lorsque les Fruit Bats s’énervent, ils secouent une maracas qui fait autant de bruit qu’une poignée de grains de riz retombant par terre. Bien sûr, le duo n’invente rien. On pense pêle-mêle aux balades de Simon & Garfunkel, Cardinal et Gorky’s Zygotic Mynci (album "Spanish Dance Troupe"). On pense à une foule d’autres groupes qui ont déjà bercé nos oreilles d’un folk pop mélancolique.
Prévenons les futurs auditeurs : la première écoute peut décevoir. On trouvera que les dix chansons manquent de mordant, ce qui est gênant pour des chauve-souris (bats). Mais il est vrai que les nôtres sont frugivores (fruit bats, tout le monde suit?). Chaque chanson glisse l’une sur l’autre sans qu’on n’ait l’impression de changer de titre. Du coup, l’auditeur impatient est partagé entre l’agacement et le plaisir de nager en eau tiède. Au fil des écoutes, cependant, la magie opère comme sur… "Magic Hour". L’air de rien, la petite mélodie fait son chemin dans nos oreilles au point de nous convaincre de la connaître déjà. On est aussi certain d’avoir déjà entendu (et aimé) "Union Blanket" quelque part (mais où ?). On jurerait également que "Seaweed" a une petite soeur cachée dans notre discothèque (mais à quel nom ?).
Les choses se compliquent avec "Slipping through the sensors", qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une autre chanson de l’album (mais laquelle ?).
Tout cela fait beaucoup de questions pour une musique qui n’en demande pas tant. D’ailleurs, après deux ou trois chansons et autant de bâillements, toute envie de recherche discographique poussée fond comme neige au soleil. Laissons ces chauve-souris voler, elles sont inoffensives.

Vincent Noyoux

Rainbow Sign
A Bit of Wind
Magic Hour
The Little Acorn
Track Rabbits
Union Blanket
Lazy Eye
Slipping Through the Sensors
Seaweed
When U Love Somebody

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *