Loading...
Interviews

Pelv’s – Interview

Venant du Brésil, les power popeux de PELV’s en sont déjà à leur troisième album et sont malgré tout inconnus en Europe. Pourtant leur musique oscillant entre le meilleur de Pavement, des Stone Roses et la pop énergique des Teenage Fanclub est une source de bonheur constante. En attendant de les découvrir en exclusivité sur une gentille compile intitulée POPvolume#3, je vous propose de faire plus ample connaissance avec ce groupe ensoleillé.

Pour les Français qui n’auraient pas entendu parler de vous avant, pouvez-vous vous présenter ?
Pelv’s est composé de Gustavo Seabra (guitare et chant), Rafael Genu (basse), Rodrigo Gordinho (guitare, chant), Ricardo Mito (batterie) et Pedro Alcoforado (trompette, chant, parfois de la guitare). Chaque membre du groupe a environ 25 ans.

Ce n’est pas votre premier album, et vous avez déjà fait des tournées avec des groupes indés américains ou anglais comme Yo La Tengo … Pourquoi n’a t’on entendu parler de vous que très récemment ?
En fait, la première tournée que nous ayons faite avec un groupe étranger s’est produite le mois dernier. On a fait la première partie de Luna dans cinq villes : Sao Paulo, Curitiba, Belo Horizonte, Sao Carlos and Londrina. Pour Superchunk, Yo La Tengo et Stereolab nous avons juste joué à Rio… Ils étaient accompagnés d’autres groupes pour les autres villes. Nous avons déjà envoyé des cassettes et des CDs à l’étranger, on a fait quelque chose avec le Melody Maker il y a quelques années… et le plus drôle est que nous pensons vraiment avoir plus de chances en Europe ou aux Etats-Unis qu’ici au Brésil.

Habituellement, le Brésil est reconnu pour sa musique traditionnelle, comme la bossa nova ou le jazz, ou alors pour des groupes heavy-metal… Vous sentez-vous isolés ou existe-t-il une scène indé ?
Il y a une scène indé mais nous sommes considérés comme des outsiders. On ne fait pas tant de concerts que ca, on ne connaît pas beaucoup d’autres groupes et on n’est pas particulièrement impliqué « politiquement ». Ces dix dernières années, on s’est juste bien amusé. Mais nous nous sentons véritablement isolés parce que nous faisons de la pop, et la plupart des gens au Brésil ne l’ont pas encore remarqué ! Ils pensent que la pop music doit être faite par des blondes avec de superbes culs, de pseudo compositeurs de samba et être entendue sur les radios rock FM.

Est-ce que le Brésil influence votre musique?
Paradoxalement oui. On pense que Pelv’s colle bien avec le soleil, la plage, la mer… Parfois, il se dit que nous jouons de la surf music. Mais je ne crois pas que les surfers brésiliens connaissent vraiment Pelv’s. J’écoute de la samba, précisément d’anciens compositeurs comme Cartola, Noel Rosa, Zé Ketti…

Comment écrivez-vous vos chansons ?
C’est Gustavo qui écrit les chansons. Dodo – le premier batteur (on y reviendra plus tard) – avait l’habitude d’écrire des chansons et nous les enregistrions ensuite. La première chanson du prochain album a été écrite par Dodo, quand il faisait partie du groupe. Il est toujours notre ami, et au moins une fois par semaine, on le voit passer avec son coupé Kharman-Guia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *