Loading...
Disques

Thievery Corporation – The Mirror Conspiracy

THIEVERY CORPORATION – The Mirror Conspiracy
(18th Street Lounge / 4AD / Labels)

THIEVERY CORPORATION - The Mirror ConspiracyIl semble y avoir un léger malentendu au sujet de Thievery Corporation. Souvent placée dans la case « Easy-listening », la musique du duo est pourtant assez éloignée de celle de leurs confrères d’Ursula 1000 ou d’un Mike Flowers Pop ou encore de notre Tricatel hexagonal. Avec « Treasures » puis « Le Monde » chanté par une certaine Lou Lou au parfum suave et espiègle, on baigne d’emblée dans un dub humide, on se laisse bercer par une basse moelleuse et une rythmique imparable. Rob Garza et Eric Hilton importent un peu de soleil jamaïcain dans les soirées cravatées de Washington DC. A la Maison Blanche, les verres de Martini sont ainsi saupoudrés de gingembre (c’est sûr que si le gars Bill C. n’écoutait pas Thievery Corporation, il aurait réussi à maîtriser ses pulsions!).
Arrive très vite le sommet de « The Mirror Conspiracy » : ce « Lebanese Blonde » sorti en single en 1998 et qui ne perd rien de toute sa force tranquille au sein de cet album. Un morceau à rendre jaloux n’importe quel Cornershop.
Puis, on se laisse embarquer gentiment (les hôtesses sont sympas) sur « Air Batucada », direction le Brésil. Le Brésil, c’est tranquille, alors on continue de s’y promener en début de face C, avec « Samba Tranquille » et surtout « So Com Voce » chanté par Bebel Gilberto. Et je profite de l’occasion pour préciser que l’album de Miss Gilberto sorti plus tôt cette année est en tout point excellent ; toute la famille Gilberto peut d’ailleurs être fière de son « Tanto Tempo ».
Les accents dub tranquilles reviennent ensuite, notamment avec « Shadows of Ourselves » à nouveau chanté par l’intrigante Lou Lou. Tranquille. Tran-quil-le. C’est l’adjectif qui colle le mieux à la peau moite de Thievery Corporation. Musique tranquille à écouter tranquillement dans son sofa. Si vous vous êtes déjà entraîné sur les « K&D Sessions » de Kruder & Dorfmeister, vous verrez, vous n’aurez aucun effort à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *